Life

Brenda, Kevin, Brendon... Beverly Hills envahit Vélizy

Slate.fr, mis à jour le 14.05.2012 à 17 h 06

Beverly Hills © Worldvision Enterprises Inc. Agrandir

Beverly Hills © Worldvision Enterprises Inc. Agrandir

Le magazine Vice est allé à Vélizy, interroger ces gamins qui s’appellent Brandon, Ashley et Kevin, ces enfants dont les parents ont trop regardé TF1 en fin de journée. «Au milieu des années 1980,
 la France en pleine montée de coke et de chômage s’est mise 
à donner à ses enfants des prénoms américains. (…) En traînant devant Vélizy 2, la plus grande galerie marchande des Yvelines, on leur a demandé 
ce que ça faisait de s’appeler comme des gens qu’ils n’ont jamais vus que dans leur télé, il y a longtemps.» Ils aiment bien.

L’article est une suite de petits questionnaires, soumis à Heather –comme Heather Locklear de Melrose Place, ou Jennifer (apparemment pour Les Feux de l'amour). Ces prénoms faisaient rêver les parents (des mères surtout) qui voyaient dans les Etats-Unis et leur représentation soap en VF à la télé, un Eldorado.

Selon Kevin (pour Kevin Costner) par exemple, le rêve de sa mère «c’est d’y aller parce que là-bas, il y a tout. Elle a toujours aimé la vie américaine, pas trop au niveau du système de santé, qui est moins bien qu’ici, mais parce que les gens sont plus sympas là-bas». La mère de Brandon (Beverly Hills) dit la même chose selon lui:

«Là-bas c’est mouvementé. Ici c’est triste. Enfin, elle trouve».

Eux s’ils ont des enfants, auront la même inspiration télé. Brandon explique:

«Moi aussi j’ai regardé une série qui me plaît beaucoup, Smallville, et il y a un personnage qui vient d’une autre planète, qui s’appelle Kal-EL. J’aime bien ce prénom».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte