Monde

Attentats: Rome envisage le recours à l'armée

Temps de lecture : 2 min

Carabinieri!/Giopuo Via Flickr License by

Selon la Repubblica, le gouvernement italien envisage d’envoyer l’armée dans toute la péninsule pour protéger les agences fiscales d’Equitalia, le fisc italien, et les bureaux du second groupe industriel Finmeccanica, récemment visés par des attentats de groupes anarchistes, a déclaré dimanche la ministre de l’Intérieur, Anna Maria Cancellieri.

Dans une interview accordée aux quotidiens italiens Il Corriere della Sera et la Repubblica, Anna Maria Cancellieri indique qu’une «circulaire a été envoyée pour inviter à élever le seuil d’alerte autour des lieux sensibles sur tout le territoire national». L'envoi de l'armée est «une solution possible [...] S'en prendre à Equitalia, c'est s'en prendre à l'Etat».

La violence contre l'austérité

Cette annonce intervient alors que la cellule italienne Olga de la Fédération anarchiste informelle (FAI) a revendiqué vendredi 11 mai l’attentat qui a blessé à Gênes le patron d’Ansaldo Nucleare, une filiale du géant public Finmeccanica.

Depuis quelques mois, la colère monte en Italie contre le gouvernement de Mario Monti, qui multiplie les mesures d'austérité et augmente les impôts pour réduire le déficit budgétaire. Dernière attaque en date, deux cocktails Molotov ont été lancés samedi 12 mai contre un bureau de l'agence de perception de l'impôt Equitalia dans la ville portuaire de Livourne. Selon l'agence de presse italienne AGI, le président du Conseil des ministres avait annoncé le 12 mai qu'il voulait élargir les pouvoirs d'Equitalia dans le cadre de son offensive contre la fraude et l'évasion fiscale qui, d'après le journal génois Il Secolo XIX, prive le Trésor public italien de 120 à 160 milliards par an.

Selon Il fatto quotidiano, la multiplication des suicides de chômeurs ou d'entrepreneurs endettés a augmenté la rancune du peuple italien contre la cure d'austérité amorçée par Mario Monti. Il y a deux semaines, à Bergame, un entrepreneur de 54 ans avait séquestré pendant plusieurs heures un responsable d'Equitalia, sous la menace d'une arme, avant de se rendre à la police. Il Corriere della sera indique que l'agence de perception d'impôt reçoit aussi de nombreux colis suspects et des lettres piégées, qui avaient en décembre blessé le directeur général d'Equitalia. A cela s'ajoutent plusieurs manifestations violentes entre manifestants et policiers, dont celle qui a éclaté le 11 mai à Naples.

Ces diverses attaques ravivent les craintes de la résurgence de la violence extrémiste qui avait frappé l'Italie durant «les années de plomb» en 1970-1980.

Mélody Piu

Newsletters

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Les États-Unis séparent désormais les parents migrants de leurs enfants

Les États-Unis séparent désormais les parents migrants de leurs enfants

Pour dissuader les nouvelles arrivées, l'administration Trump sépare les familles qui traversent la frontière avec le Mexique. Même les enfants en bas âge sont concernés.

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

Ce 25 mai, les Irlandaises et Irlandais sont appelés aux urnes pour le référendum sur la révision du huitième amendement de la Constitution, qui rend l’IVG illégale dans quasiment tous les cas.

Newsletters