Colombie: L'ex-président Uribe choque en tweetant des photos de policiers assassinés par les Farcs

Alvaro Uribe Velez - World Economic Forum on Latin America 2010 Wordl Economic Forum via Flickr CC License by

Alvaro Uribe, ancien président de la Colombie (2002-2010) a déclenché une forte polémique après avoir publié vendredi 1er février sur son compte Twitter les photos de deux policiers morts après un attentat contre les forces de polices. Cette attaque, qui a fait au total trois victimes parmi les policiers, a eu lieu à La Guajira dans le nord du pays et a été imputée à la guérilla marxiste des Farcs.

Affublées de la légende «policiers de la patrie assassinés», ces images sanglantes ont provoqué une avalanche de commentaires dans les médias locaux et sur Twitter de la part de membres du gouvernement actuel, de personnes publiques ou d'anonymes

Des centaines de personnes ont réagi ainsi sur le réseau social pour faire connaître leur indignation, appelant au respect du deuil des familles, accusant l'ancien président de se servir de ces photos à des fins politiques. 

Fernando Carrillo, le ministre de l’Intérieur de l'actuel gouvernement, a déclaré sur son compte Twitter:

«Le sang de nos policiers est notre sang. Il ne peut s’exhiber comme trophée de guerre contre la paix.»

Ou encore Simón Gaviria, directeur du Parti Libéral colombien, a quant à lui écrit: 

«Nous refusons que la politique se fasse en propageant la cruauté du terrorisme.»

Les accusations d'utilisation opportuniste de ces images par Uribe ne sont pas lancées sans fondements. Connu pour avoir défendu une ligne dure contre les Farcs pendant son mandat, il reste très populaire dans le pays grâce à son bilan. Il projette d'ailleurs de revenir sur la scène politique en 2014.

L’ancien président ne s’est pas démonté face aux critiques et a défendu son droit de s’exprimer sur la situation du pays. Interviewé sur Blu Radio le lundi 4 février, il s'est montré très offensif face à un gouvernement en pleines négociations de paix avec les Farcs à la Havane.

«Ce qu’il nous faut ici en Colombie, c’est une solidarité efficace envers nos soldats et nos policiers. Je ne comprends pas que notre gouvernement discute et continue à négocier à la Havane avec eux [les Farcs] en même temps qu’ils tuent nos soldats et nos policiers.»

Il est même allé jusqu'à qualifier la guérilla de «[…] groupe terroriste qui commet des atrocités comparables aux pires qui ont été vues dans l’histoire, comme celles d’Hitler».

Il avait déjà fait référence aux crimes nazi dans un tweet le samedi 2 février. Cette fois-ci pour défendre sa publication en la comparant aux photos des camps de concentration diffusées pour faire prendre conscience de la réalité de l’holocauste.

A LIRE AUSSI