France

Les passeurs de drogues à la frontière sont plus Américains que Mexicains

Mathilde Sagaire, mis à jour le 28.03.2013 à 12 h 34

The Mexican Border EdmondMeinfelder via Flickr CC License by

The Mexican Border EdmondMeinfelder via Flickr CC License by

Avouez-le, si on vous dit: «trafic de drogue à la frontière Etats-Unis-Mexique», il y a de fortes chances pour que vous imaginiez en priorité des trafiquants mexicains. Et bien vous vous trompez, la Border Patrol arrête plus de d'Américains que de Mexicains selon une analyse effectuée par l'organisation indépendante Center of Investigative Reports (CIR).

En se fondant sur 40.000 saisies de drogues avec arrestations effectuées entre 2005 et 2011 par la patrouille, le Centre a calculé que 4 personnes sur 5 arrêtées en possession de drogues à la frontière sont de nationalité américaine. Ainsi, un citoyen américain était impliqué dans 80% du temps. Leur nombre est d’ailleurs en augmentation, puisqu’il est trois fois plus fréquent d’arrêter une mule américaine en 2011 qu’en 2005.

Les Américains sont recrutés par les trafiquants car ils ont de grandes chances de paraître moins suspects que les Mexicains lors du passage de la frontière. Un homme, arrêté en 2011 témoigne: 

«Etre Américain, au-dessus de l'âge mûr, voilà ceux qu'ils ciblent. Pour une chose, c'est beaucoup moins suspect pour la Border Patrol.»

Cependant, le discours officiel de la patrouille est bien différent. Le porte-parole de l’Agence de protection des douanes et des frontières William Brooks déclare ainsi:

«Les personnes [de nationalité américaine] arrêtées l’ont été essentiellement pour possession de petites quantités, pas pour du trafic à fin de revente […] Nous avons de manière anecdotique des citoyens américains qui font du trafic de drogues […] La majorité des personnes impliquées dans le trafic de drogues sont des Mexicains.»

L’analyse des communiqués de presse de la Border Patrol a également montré que les Mexicains sont plus souvent mentionnés lors des arrestations liées au trafic de drogue (38%) que les Américains (30%). Alors que leurs propres fichiers montrent qu’un citoyen américain est impliqué à 60% du temps dans le trafic de drogues, et la proportion monte jusqu’à deux tiers quand il concerne le trafic de marijuana.

Pour les experts de la question, divers facteurs expliquent le nombre croissant des arrestations de passeurs américains, tels que la crise économique, l’augmentation de la sécurité à la frontière, la violence de la guerre de la drogue au Mexique, ou encore certaines lois permissives pour la marijuana dans certains Etats américains.

Aussi, pour Howard Campbell, professeur d’anthropologie à El Paso:

«Le trafic de drogue est une activité tellement normale [dans la région] que les gens sont insensibilisés. Cela fait partie du mode de vie… et fait partie de la façon qu’ont les gens de penser le monde.»

Enfin, il faut prendre en compte qu'il n’y a jamais eu autant de saisies que sous le gouvernement Obama, et les deux dernières années ont même été des records. Le nombre d’immigrants illégaux traversant la frontière Mexique-Etats-Unis n’ayant jamais été aussi bas depuis 40 ans selon la CNN, les patrouilles se sont alors concentrées sur le terrorisme et le trafic de drogues.

Mathilde Sagaire
Mathilde Sagaire (85 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte