Culture

Les discours des Oscar décortiqués par la science

Temps de lecture : 2 min

Réplique de statuettes des Oscars dans une boutique de cadeaux à Hollywood Antoine Taveneaux via Wikimedia Commons License by

Que trouve-t-on dans les discours de remerciements aux Oscar? Qui les gagnants remercient-ils? Toutes ces questions, et bien d'autres ont maintenant leur réponse grâce à une étude menée par Rebecca Rolfe, une étudiante de l’Institut de technologie de Géorgie, reprise dans le Time.

Il en ressort qu'avec le temps, les discours se sont rallongés (d'une quarantaine de seconde dans les années 1960 à presque deux minutes dans les années 2000), du fait de la mise en place d'une sorte de protocole exigeant de remercier le plus de monde possible et éviter la gaffe de l'oubli. 79% des discours finissent sur un «merci»

Les récompensés sont également 40% à remercier l'Académie des Oscars, 48% leur famille, et 61% la production. Les acteurs remercient plus souvent les autres nominés (25%) que les réalisateurs (16%), car ils seront probablement davantage amenés à travailler ensemble.

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les récompensés ne pleurent pas si souvent que ça. Les acteurs sont 21% à pleurer, contre 6% des réalisateurs. Et 7% des pleurs ont eu lieu après 1995, ce qui pour Rolfe répond probablement à des «attentes sociales».

Enfin, hommes et femmes divergent sur quelques points, et notamment sur la manière de tenir leur précieuse statuette. Les femmes sont 47% à étreindre leur récompense contre 21% des hommes, qui eux seront 26% à la brandir contre 12% des femmes.

Mathilde Sagaire

Newsletters

Vous souvenez-vous de Pigalle avant la gentrification?

Vous souvenez-vous de Pigalle avant la gentrification?

Dans son documentaire «Le Pigalle, une histoire populaire de Paris», David Dufresne revient sur l'époque où ce quartier n'avait pas encore subi le lissage de la gentrification.

Ces idées façonnées par le langage

Ces idées façonnées par le langage

Parce que les mots évoluent en même temps que les sujets qu'ils décrivent, ils reflètent la transformation des idées qui traversent la société.

«M», qui fut maudit, mais ne l’est plus

«M», qui fut maudit, mais ne l’est plus

Le film de Yolande Zauberman accompagne avec exigence et émotion le retour d’un homme là où il fut violenté dans son enfance. Et c’est un monde qui s'ouvre sous leurs pas.

Newsletters