Monde

L'arnaqueur millionnaire qui vendait des faux détecteurs de bombes à l'Irak

Mathilde Sagaire, mis à jour le 25.04.2013 à 16 h 21

Un soldat américain prépare des munitions non explosées pour leur évacuation US Army, par Spc. Edwin M. Bridges via Wikimedia CommonsLicense by-sa

Un soldat américain prépare des munitions non explosées pour leur évacuation US Army, par Spc. Edwin M. Bridges via Wikimedia CommonsLicense by-sa

C'est une arnaque à grande échelle qui a été mise au jour par une enquête du programme d'investigation de la BBC 2 Newsnight. Un homme d’affaires britannique a vendu à l'Irak et à d'autres pays de faux détecteurs de bombes à un prix exhorbitant.

Jim McCormick, 57 ans, a monté une escroquerie qui consistait à faire passer de simples détecteurs de de balles de golf pour de supposés détecteurs d'explosifs. Il promettait, précise The Guardian, que ces détecteurs pouvaient détecter des explosifs à longue distance, enterrés profondément dans le sol, ou encore à travers plusieurs immeubles.

Or, ces appareils étaient en fait totalement inutiles. Leurs antennes, qui étaient censées détecter les explosifs, n’étaient connectées à rien et n’avaient aucune source d’énergie. Pire, certains de ces appareils étaient simplement le détecteur de balles de golf dont l'autocollant était changé pour celui de la compagnie de l'escroc, nommée ATSC.

Jim McCormick proposait ses détecteurs à un coût unitaire de 4.000 euros. Il vendait également une version d’apparence plus élaborée pour 42.000 euros environ, précise la BBC. Aux Etats-Unis, là où il s'approvisionnait, le coût de production des détecteurs de balles de golf n’était lui que de 15 euros. 

En Irak, ces faux détecteurs étaient utilisés aux checkpoints à Bagdad, où des attaques suicides ou à la voiture piégée ont fait des centaines de victimes civiles. Au total, l'Irak a acheté 6.000 exemplaires de ces équipements, soit une dépense de 65 millions d'euros. McCormick avait également mis au point un système de pots-de-vin pour sécuriser l'accord d'achat avec les Irakiens.

Des détecteurs on également été vendus au Niger, à la Syrie, au Mexique ou encore à d’autres pays où l’ONU était client de McCormick, comme le Liban. En Irak, selon The Guardian, les détecteurs étaient encore en service à certains endroits de Bagdad le mois dernier.

Son escroquerie à grande échelle a rendu le Britannique millionnaire. Il possède entre autres un manoir à Bath qui appartenait auparavant à l’acteur Nicolas Cage, une maison de vacance à Chypre ou encore un yacht, parmi des biens estimés au total à 8 millions d’euros, selon The Guardian.

La supercherie a finalement été découverte à la suite de plaintes de clients (notamment l'armée kenyane), d'un rapport de l'inspecteur général du ministère de l'Intérieur irakien Aqil al-Turehi, et d'une enquête de police de deux ans et demi qui ont mené McCormick droit devant la justice. Reconnu coupable de fraude par la Cour centrale de Old Bailey, il risque 8 ans de prison.

Mathilde Sagaire
Mathilde Sagaire (85 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte