Monde

Fox News payait Sarah Palin 16 dollars le mot

Temps de lecture : 2 min

Sarah Palin Gage Skidmore via Flickr CC License by
Sarah Palin Gage Skidmore via Flickr CC License by

Un million de dollars par an, 150 apparitions, 189.221 mots prononcés. Voici le bilan que fait l’universitaire Eric Ostermeier des trois années passées par Sarah Palin au sein de la chaîne ultra-conservatrice Fox News en tant que commentatrice. Alors que le contrat de l’ancienne gouverneure de l’Alaska vient de se terminer en janvier, il calcule dans un billet de son blog Smart Politics qu’elle a été payée précisément 15,85 dollars le mot pour ses analyses politiques.

Mais l’auteur va plus loin:

«Quels mots justement ont été prononcés parmi les 189.221 formulés par Palin durant ses trois années de contrat avec la Fox?»

Sans surprise, les obsessions de la commentatrice se sont concentrées sur Obama et la religion. Le président américain a été mentionné 786 fois. Bien loin devant Ronald Reagan, l’idole de Sarah Palin, qui n’obtient que 41 citations.

La grande gagnante reste tout de même la religion. En 151 apparitions, Sarah Palin a lancé 111 «amen», s’en est remise 57 fois à Dieu, et a évoqué à 16 reprises les chrétiens et le christianisme. Elle n’a pas manqué de mentionner les musulmans et l’islam, respectivement à 13 et 6 occasions.

C’est aussi un langage fleuri qu’elle a offert à l’antenne avec un florilège de «heck», «darn», «hell» et «damn», qui peuvent se traduire dans la langue de Molière comme zut et flûte.

Mathilde Sagaire

Newsletters

30 ans après, deux alpinistes retrouvés dans les glaces de l'Himalaya

30 ans après, deux alpinistes retrouvés dans les glaces de l'Himalaya

Ils avaient tenté l'ascension du sommet du Pumori, l'un des plus féroces du massif.

Une carte de la Stasi au nom de Poutine retrouvée dans des archives en Allemagne

Une carte de la Stasi au nom de Poutine retrouvée dans des archives en Allemagne

Le président russe était un agent du KGB stationné en Allemagne pendant les années 1980.

Aux États-Unis, on s'informe plus sur les réseaux sociaux qu'en lisant les journaux

Aux États-Unis, on s'informe plus sur les réseaux sociaux qu'en lisant les journaux

Bientôt le cas en France?

Newsletters