Monde

Le Prince Charles veut sauver les fish and chips

Slate.fr, mis à jour le 09.05.2012 à 14 h 48

Fish and chips. Bermagui, NSW. f10n4 via Flickr CC License by

Fish and chips. Bermagui, NSW. f10n4 via Flickr CC License by

La Couronne britannique au secours des... fish and chips. Le Prince Charles participait mardi au congrès mondial de la pêche en Écosse au cours duquel il a donné un discours sur la surpêche devant près de 1000 représentants venus de 65 pays différents, rapporte The Telegraph.

En prenant l’exemple du fish and chips, le fameux plat britannique constitué de poisson frit et de frites servies avec du vinaigre, le prince de Galles a voulu prévenir son auditoire du risque de la surpêche et de l’importance de la régulation des quotas de pêche. Il développe son argumentation: 

«Les fish and chips sont une partie importante de la culture Britannique. Mais je me demande si c’est un aspect de notre vie qui pourra être conservé dans le futur? Quand j’étais à l’école ici en Écosse, je me souviens d’avoir acheté des Fish and Chips dans une boutique à Inverness. À l'époque je n'avais pas réalisé que je mangeais de la nourriture qui avait un impact énorme sur la façon dont nous traitons une ressource naturelle sauvage.»

Le Prince Charles est à la tête d’une unité internationale pour le développement durable, qui a mis en place un groupe de recherche maritime. Ce dernier a pour but d'identifier les façons dont les stocks de poissons doivent être géré pour qu’il y ait «plus de poissons, plus d’emplois et de meilleurs retour économiques».

Pour défendre l'idée de quotas, le membre de la famille royale prend l'exemple de l’état du stock de morues dans la mer du Nord. Alors que l’espèce était décimée il y a 6 ans, le nombre de poissons a doublé grâce à des quotas de pêche.

La tenue du congrès coïncide avec la publication d’un rapport avertissant les gouvernments internationaux que l’augmentation des températures des océans aurait des conséquences sur la distribution, la migration et le comportement des poissons. Le déplacement de certaines espèces de poissons dans de nouvelles eaux pourrait ainsi créer des tensions entre les gouvernements. Le rapport indique que cela pourrait mener à de «nouveaux conflits» pour le contrôle de ces zones. 

Avec ce discours, le Prince Charles rejoint l'Union Européenne dans son combat pour les quotas, souvent décriés par les pêcheurs. La semaine dernière, le gouvernement britannique  a indiqué  son intention de mettre en place un plan d’adaptation pour répondre au changement climatique... et pour sauver les fish and chips.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte