Monde

Lettres secrètes: Ben Laden voulait faire assassiner Barack Obama

Slate.fr, mis à jour le 03.05.2012 à 19 h 19

Barack Obama lors d'une conférence devant l'American Israel Public Affairs Committee à Washington en mars 2012. REUTERS/Jonathan Ernst

Barack Obama lors d'une conférence devant l'American Israel Public Affairs Committee à Washington en mars 2012. REUTERS/Jonathan Ernst

Le Combating Terrorism Center (CTC), l’académie qui forme les experts en contre-terrorisme américains, a publié jeudi 3 mai 17 documents confidentiels saisis il y a un an exactement lors du raid contre le repère d’Oussama Ben Laden à Abbottabad au Pakistan, ainsi que l’analyse de six experts de l’académie.

Les documents consistent en 175 pages d’emails et de lettres manuscrites en arabe, la langue originale des textes, et 197 pages dans leur traduction anglaise également publiée par le CTC.  Ils datent tous de la période comprise entre septembre 2006 et avril 2011, soit quelques jours avant le raid fatal à l’ex-leader d’al-Qaida. Les lettres sont signées par des dirigeants de l’organisation terroriste, notamment Oussama Ben Laden lui-même.

Contrairement à ses déclarations publiques, dans lequelles il insistait sur les injustices perpétrées par ceux qu’il appelait les «ennemis» des musulmans (les chefs d’Etat musulmans corrompus et leurs «responsables» occidentaux), les lettres privées de Ben Laden se concentrent sur les musulmans victimes de ses «frères» djihadistes, rapportent les spécialistes du terrorisme qui ont analysé les documents. Il leur demande d’arrêter les attaques qui font des victimes musulmanes et de se concentrer sur les Etats-Unis, «notre objectif désiré». Les auteurs de l’étude écrivent:

«La frustration de Ben Laden envers les groupes djihadistes régionaux et son apparente incapacité à exercer un quelconque pouvoir sur leurs actions et déclarations publiques est l’histoire la plus fascinante à tirer des 17 documents confidentiels.»

Les documents nous apprennent aussi qu’Oussama Ben Laden souhaitait l’assassinat du Président américain Barack Obama, mais voulait garder le vice-président Joe Biden sain et sauf, décrivant ce dernier comme «absolument pas préparé» pour prendre le relais, ce qui aurait déclenché une «crise» aux Etats-Unis, rapporte ABC News.

Il détaille comment il a demandé à un fidèle de «préparer deux groupes – un au Pakistan et l’autre dans la région afghane de Bagram – avec pour mission d’anticiper les visites d’Obama et Petraeus en Afghanistan ou au Pakistan et de viser leurs avions.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte