Monde

New York interdit les contacts entre élèves et professeurs sur les réseaux sociaux

Temps de lecture : 2 min

Twitter Gigi Ibrahim via Flickr CC License by
Twitter Gigi Ibrahim via Flickr CC License by

A New York, il ne sera désormais plus possible pour les élèves et leurs professeurs de devenir amis sur Facebook ou de s’envoyer des messages sur Twitter. Dans une directive adoptée le 1er mai, le département de l’éducation de la ville a décidé d’interdire toute forme de contact via certains réseaux sociaux, rapporte le New York Times.

Il sera donc désormais impossible pour les professeurs d’utiliser autre chose que les comptes officiels de leurs établissements scolaires pour contacter leurs étudiants. Dans la liste rendue publique par la mairie, on trouve notamment Facebook, Twitter mais aussi Google Plus et Flickr.

La décision de la mairie intervient après que le bureau de l'éducation a relevé 69 affaires de rapports inappropriés entre professeurs et étudiants. Pire, au moins sept employés du département ont été arrêtés dans les derniers mois dans et accusés de crime sexuel.

Le New York Times cite notamment l’exemple d’une professeur qui aurait échangée près de 1.824 textos avec un étudiant en l’espace de trois semaines. Une situation que le département de l’éducation espère éviter à l’avenir. La ville compte informer les parents d’élèves et surtout prévoit de réviser fréquemment sa liste. Histoire de ne pas laisser passer l'arrivée de nouveaux réseaux sociaux.

Slate.fr

Newsletters

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

Le site de partage de vidéos est l'un des outils de radicalisation les plus puissants.

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Les deux camps avaient tort.

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

Newsletters