Monde

Des bombes implantées directement dans le corps des terroristes

Slate.fr, mis à jour le 03.05.2012 à 10 h 52

Un corps passé aux rayons X gyro2 via Flickr CC License by

Un corps passé aux rayons X gyro2 via Flickr CC License by

Umar Farouk Abdulmuttalab avait pris l'avion avec une bombe cachée dans ses sous-vêtements. A présent, les autorités américaines s’inquiètent d’un autre type d’équipement: selon ABC News, al-Qaida dans la péninsule arabique (Aqpa) aurait trouvé un moyen d’implanter directement les bombes dans le corps des terroristes.

video platform video management video solutions video player

«Le chirurgien doit ouvrir la cavité abdominale pour littéralement y implanter l’engin explosif au milieu des entrailles», explique à ABC News le Dr Mark Melrose, médecin urgentiste new-yorkais. Il faut que la bombe ait «la taille d’un pamplemousse pour être assez puissante», précise l’ancien agent du FBI John Anthony à la chaîne américaine 7 Action News.

Les renseignements américains considèrent qu'Ibrahim al-Asiri est à l'origine de cette nouvelle technique. Officiellement considéré comme mort, ce Yéménite aurait «refait surface», selon le site du New York Daily News. Al-Asiri a quelques faits d’armes à son actif. C'est lui qui avait équipé Abdullmutallab lors de la tentative d’attentat du vol 253 de Northwest Airlines entre Amsterdam et Chicago. C'est lui également qui avait placé des bombes dans des imprimantes envoyées par avion aux Etats-Unis.

Regain de tension avec l'anniversaire de Ben Laden

Cette technique de la bombe implantée n’est pas vraiment neuve. Le département des Transports des Etats-Unis avait en effet déjà communiqué à ce sujet en juillet dernier, précisant comme aujourd’hui qu’il n’y avait «aucune menace imminente ou spécifique». Plus tôt, en 2010, c’est le MI5, les services secrets britanniques, qui mettait en garde contre une menace du même type. A l’époque, on ne parlait pas seulement d’implants dans l’abdomen mais aussi dans les fesses et les seins.

Le retour de cette menace dans les médias tient sans doute au fait que les autorités américaines sont plutôt nerveuses, le 1er mai marquant «l’anniversaire» de la mort d’Oussama ben Laden, tué lors d’un raid américain à Islamabad, il y a un an. 

Dépourvu de parties métalliques, ce type d’explosif serait totalement indétectable par les machines de contrôle installées dans les aéroports. Les fabricants de scanners sont donc déjà en train de chercher la parade, comme le racontait en juillet dernier Willliam Saletan sur Slate.fr.  Des entreprises comme Morpho, Valley Forge Composite Technologies ou Nesch planchent en ce moment sur des appareils permettant de mettre à jour les engins cachés sous la peau des terroristes.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte