Monde

Robinson Crusoé existe et il protège des tortues géantes

Temps de lecture : 2 min

Robinson Crusoé existe. Il est même âgé de 86 ans, est britannique et s’appelle Brendon Grimshaw. La seule différence avec le personnage de fiction est qu’il a acheté l’île sur laquelle il habite au lieu de s’y échouer. L’homme fait parler de lui au Royaume-Uni après son apparition dans une émission diffusée sur la BBC2, explique le International Business Times.

Le vieil homme a acheté l’île, située dans l’océan Indien, il y a cinquante ans pour 10.000 livres (12.000 euros). En un demi-siècle, Grimshaw a transformé ce qui était à l’époque «un buisson» en un parc naturel estimé à plus de 50 millions de dollars ( 45 millions d’euros).

D’après l'octogénaire, seulement trois autres personnes auraient vécu sur la petite île dénommée Moyenne. Celle-ci est ouverte aux touristes depuis peu, mais Grimshaw assure que l’argent récolté sert à entretenir l’île et lui permet de s’occuper des 120 tortues géantes. Une espèce qui avait presque disparu des Seychelles au début du siècle dernier.

Pour le ministre de l’Intérieur des Seychelles, Brendon Grimshaw est «un naturaliste, un philanthrope et un gros bosseur». L’homme habite dans une petite maison qu’il a construit lui-même. Devant l’entrée, on peut lire un panneau qui indique «respectez les tortues, elles sont probablement plus vieilles que vous». Une façon d’inviter à la préservation d’un écosystème fragilisé par le réchauffement climatique et la pollution.

Slate.fr

Newsletters

Une étudiante anglaise est devenue aveugle après avoir nagé en Méditerranée

Une étudiante anglaise est devenue aveugle après avoir nagé en Méditerranée

Elle a développé une infection oculaire en nageant avec ses lentilles de contact.

Des membres du Parti conservateur suspendus après des propos islamophobes sur les réseaux sociaux

Des membres du Parti conservateur suspendus après des propos islamophobes sur les réseaux sociaux

Une vingtaine de posts sont en cause.

La Sécurité intérieure des États-Unis reconnaît (enfin) le nationalisme blanc comme une menace terroriste majeure

La Sécurité intérieure des États-Unis reconnaît (enfin) le nationalisme blanc comme une menace terroriste majeure

Le département avait été créé après les attentats du 11 septembre et s’était axé sur les menaces étrangères.

Newsletters