Life

La contraception pour sauver la planète

Slate.fr, mis à jour le 26.04.2012 à 12 h 08

La planète Terre, vue par la Nasa

La planète Terre, vue par la Nasa

La planète est en danger. Ce cri d’alarme n’est pas nouveau, pourtant peu est fait pour enrayer la tragédie annoncée et aucune direction commune claire n’est avancée.

Pour pallier cela, la Royal Society (l’académie des sciences britanniques), dans un rapport intitulé «La population et la planète», appelle les gouvernements à mettre la démographie au cœur de leurs agendas politiques. Selon le rapport:

«Le nombre de personnes vivant sur la planète n’a jamais été aussi élevé, leur niveau de consommation est sans précédent et de grands changements sont en train de s’opérer dans l’environnement. Nous pouvons choisir de rééquilibrer l’utilisation des ressources afin d’avoir un niveau de consommation égalitaire… ou nous pouvons choisir de ne rien faire et dériver dans une spirale de baisse économique et de maux environnementaux engendrant un avenir avec encore plus d’inégalités et inhospitalier.»

La solution privilégiée par le rapport pour baisser cette croissance démographique que la Terre ne pourra supporter? Une méthode de contraception offerte à toutes les femmes qui le souhaitent, notamment dans les pays en développement. Dans Raw Story, Ekliya Zulu, l’un des auteurs du rapport et président de l’Union pour l’étude des populations africaines, explique:

«Quand nous ralentissons l’essor démographique, nous donnons du pouvoir aux femmes et nous fournissons plus d’argent pour les pays en développement pour investir dans l’éducation. La plupart des femmes veulent moins d’enfants. La demande de baisse de fertilité est là

Car si la croissance démographique viendra des pays dits du Sud, elle affectera les pays du Nord, comme le confirme, sur la BBC le professeur Sarah Harper, co-auteur de l’étude:

«Nous sommes beaucoup trop accrochés aux chiffres, qui cachent les subtils mais importants changements qui sont derrières. La population devient de plus en plus dense à mesure que les gens s’installent dans les zones urbaines (…) comme nous devons plus mobiles, la distribution de la population change.»

Ainsi, si rien n’est fait au niveau démographique et que la population continue d’augmenter, les pays développés devront construire l’équivalent d’une ville d’un million d’habitants tous les cinq jours d’ici à 2050.

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte