Monde

Les astéroïdes sont-ils les ressources minières du futur?

Temps de lecture : 2 min

Asteroide Lutetia / Kanijoman via Flickr CC Licence By
Asteroide Lutetia / Kanijoman via Flickr CC Licence By

Avec leurs tonnes de métaux précieux, les astéroïdes qui flottent dans l’espace inspirent les scientifiques, les ingénieurs, les auteurs de science-fiction… Et les milliardaires. Selon le magazine Wired, un groupe de riches entrepreneurs devrait annoncer, mardi 24 avril, la création d’une nouvelle société, Planetary Resources, qui enverra dans l’espace une nuée de robots pour explorer les astéroïdes à la recherche de métaux précieux.

«Les ressources terriennes sont faibles en comparaison de la richesse du système solaire», selon Eric Anderson, à l’origine de la société de tourisme spatial Space Adventures et cofondateur de Planetary Resources. Selon le communiqué de presse, «cette start-up innovante va créer une nouvelle industrie et une nouvelle définition de ce que sont les ressources naturelles», rapporte Forbes.

Près de 9.000 astéroïdes de plus de 45 mètres de diamètre sont en orbite autour de la Terre. Certaines pourraient contenir autant de platine qu’une année entière de ressources minières terriennes, faisant de ces gros cailloux de l'espace autant de terrains d’une valeur de plusieurs milliards de dollars l'unité...

Pour Forbes, c’est la curiosité qui a lancé la conquête spatiale. Puis la peur que les Russes ne précèdent les Américains dans leur exploration. C’est au tour de l’avidité d’être un moteur: «J’essaie de lancer une nouvelle ruée vers l’or», explique sans complexe le confondateur de la société Peter Diamandis, pour qui c’est la seule manière de parvenir à explorer l’espace. Même si ceux qui le connaissent jugent que Diamandis, passionné par la conquête spatiale, n’est pas seulement motivé par l’argent.

Car malgré la promesse de profits «astronomiques», la longueur du processus et l’incertitude de l’investissement sur l’activité minière dans l’espace ont toujours détourné la plupart des investisseurs de tels projets. D'ailleurs ni la question de la légalité de l'opération ni celle portant sur la faisabilité technique ne sont vraiment réglées...

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Mais la société qui se lance peut compter sur le soutien de plusieurs milliardaires comme les patrons de Google Larry Page et Eric Schmidt, ou le créateur des logiciels Microsoft Word et Excel Charles Simonyi, par ailleurs premier touriste de la station spatiale internationale. Parmi les investisseurs et conseillers de la société Planetary Resources figure aussi le réalisateur de Titanic, James Cameron. Passionné d’aventures, Cameron a récemment plongé en sous-marin individuel jusqu’au Mariana Tench, le point le plus profond de l’Océan… Le réalisateur d'Avatar, film au message écolo dans lequel des Terriens envahissent une planète et pillent ses ressources naturelles, ne semble pas gêné d’être à son tour enrôlé dans une opération de colonisation de l’espace!

Newsletters

«La fin du soviétisme, le début des problèmes»: en Moldavie, les Roms sont pro-Poutine

«La fin du soviétisme, le début des problèmes»: en Moldavie, les Roms sont pro-Poutine

La population rom est victime de la guerre en Ukraine comme aucune autre. Pour elle, l'ennemi est partout et le refuge nulle part.

En Australie, un producteur se prend 9.000 dollars d'amende pour un fromage qui pue trop

En Australie, un producteur se prend 9.000 dollars d'amende pour un fromage qui pue trop

Le fabricant Yarra Valley Dairy a écopé d'une contravention à cause de l'inconfort causé par une «odeur déraisonnable» s'échappant de son installation.

Le commerce équitable: un levier de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique

Le commerce équitable: un levier de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique

Les producteurs des pays en voie de développement sont les premiers touchés par les conséquences du réchauffement climatique. Ils se trouvent souvent en première ligne face à aux cyclones, aux ouragans, aux épisodes de sécheresse ou aux inondations qui réduisent le volume des récoltes et vont parfois jusqu’à les décimer. L’ONG Max Havelaar met tout en œuvre pour que les producteurs et productrices soient plus fort.e.s et résilient.e.s face aux aléas climatiques et leurs conséquences, mais aussi pour les accompagner dans la réduction de leur impact sur l'environnement.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio