Monde

Daniel Suelo vit sans argent depuis 12 ans dans une grotte

Temps de lecture : 2 min

Daniel Suelo en couverture de The Man Who Quit Money
Daniel Suelo en couverture de The Man Who Quit Money

Cela fait douze ans que l'Américain Daniel Suelo n'a pas gagné, reçu ou dépensé un seul dollar.

En 2000, il a pris la décision de vivre sans un seul centime, et s'est établi dans une grotte de l'Utah. Il n'a pas abandonné que l'argent, mais aussi ses papiers d'identité et son permis de conduire, et également son nom: de Shellabarger, il est devenu Suelo, l'espagnol pour «sol».

Il vit de la cueillette, de la pêche, de nourriture offerte par des amis ou des passants ou trouvée dans des poubelles, de petits ratons laveurs tués par des voitures sur la route, et parfois de la chasse.

«Je vis sans un centime depuis l'automne 2000 […]. Je n'utilise ni n'accepte d'argent ou de troc, et je n'utilise pas de bons alimentaires ou d'aides du gouvernement», explique-t-il sur son site Internet. Un site Internet qu'il utilise également pour répondre à des questions comme: «est-ce que les gens vous harcèlent», «je veux vivre sans argent, mais que faire si j'ai une famille et des enfants», «est-ce que vous pensez que l'argent c'est le diable», «comment faites-vous pour les lunettes et les soins dentaire», «êtes-vous un extrémiste», ou «et l'hygiène?».

Si Daniel Suelo a fait le choix de ne pas faire de troc «avec d'autres individus dans ce monde», c'est parce qu'il préfère faire du commerce «avec l'Univers, Dieu, si vous préférez, à la manière des animaux sauvages». Comme l'explique le Daily Mail, Suelo vient d'une famille fondamentaliste très conservatrice, ce qui l'a amené à considérer la religion très sérieusement et à conclure que l'argent et les conflits qu'il crée ne sont ni justes, ni chrétiens.

Daniel Suelo a également un blog, qu'il tient depuis une bibliothèque publique depuis 2006. Il y raconte par exemple sa tournée à l'occasion de la sortie en mars 2012 du livre que Mark Sundeen lui avait commencé à lui consacrer au lendemain de la crise financière de 2008 (The Man Who Quit Money, L'homme qui arrêta l'argent).

En 2000, «il avait 39 ans, venait d'une bonne famille, était allé à l'université. Il n'était pas malade mentalement, ni drogué», précise Mark Sundeen dans un article sur Globe & Mail. A la BBC, il explique:

«Il dit qu'il ne s'attend pas à ce que tout le monde vive dans une grotte, mais il espère qu'un jour l'argent n'aura plus cours.»

Un espoir qui a selon lui trouvé un certain écho avec la crise financière.

Mais avant de vivre sans argent, pourquoi ne pas déjà tenter de vivre sans compte en banque?

Newsletters

La mort de Ruth Bader Ginsburg questionne la démocratie américaine

La mort de Ruth Bader Ginsburg questionne la démocratie américaine

Les conséquences politiques du décès de la juge de la Cour suprême montrent à quel point les institutions du pays sont antidémocratiques.

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Plongée dans la logorrhée du président américain.

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Newsletters