Monde

Afghanistan: des GIs posent avec des parties de corps d'insurgés

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du site du Los Angeles Times
Capture d'écran du site du Los Angeles Times

Les autorités américaines n’ont pas traîné mercredi 18 avril pour condamner des photos de GIs posant avec des corps et des parties de corps d’insurgés afghans qui avaient été publiées par le Los Angeles Times le matin même.

Le journal, qui a obtenu les photos grâce à un soldat resté anonyme, a publié les photos en une de son édition du jour, expliquant qu’elles montraient des parachutistes de la 82e division aéroportée. Le soldat qui a fait parvenir les photos au Los Angeles Times a expliqué qu’il voulait attirer l’attention sur les risques pour la sécurité entraînés par un problème de commandement et de discipline au sein des rangs américains en Afghanistan.

Les responsables de l’armée ont annoncé mercredi avoir déjà lancé une enquête criminelle autour des photos, dont l’une montre des soldats tenant une main arrachée avec le majeur tendu. L’armée a annoncé que la plupart des soldats sur les photos ont déjà été identifiés.

L’armée a tenté de convaincre le Los Angeles Times de ne pas publier les photos, mais le rédacteur en chef du journal, Davan Maharaj, a expliqué sa décision de le faire:

«Après réflexion minutieuse, nous avons décidé que la publication d’une sélection restreinte mais représentative de photos remplirait notre obligation envers les lecteurs de rendre compte de manière vigoureuse et impartiale de tous les aspects de la mission américaine en Afghanistan, y compris les accusations selon lesquelles ces photos reflètent une rupture dans la discipline des unités qui met en danger les troupes américaines.»

Le secrétaire à la Défense Leon Panetta fait partie des officiels à avoir condamné les photos, rapporte le New York Times. Dans un communiqué envoyé par email, il a estimé que les images ne reflétaient pas le comportement de la majorité des soldats américains en Afghanistan, et n’auraient pas dues être publiées.

Le New York Times rappelle que l’incident intervient alors que les relations entre l’armée américaine et la population afghane sont particulièrement tendues. L’année avait commencé avec la publication d’une vidéo de GIs urinant sur des dépouilles de combattants talibans. Puis en février, des soldats américains ont accidentellement brûlé des corans, déclenchant une vague de manifestations violentes en Afghanistan. Le même mois, des GIs qui avaient posé avec un drapeau nazi en Afghanistan en 2010 ont écopé d’un simple avertissement.

Slate.fr

Newsletters

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

Le Brésil reste le Brésil, même pendant les trois semaines séparant les deux tours de l'élection présidentielle. Mais cette fois, la tristesse a envahi les visages.

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

En mars 2015, sur un coup de tête, Norm Diamond s'est rendu à une première vente d'objets d'occasion chez un particulier. Au cours des quinze mois qui ont suivi, ce photographe a visité plusieurs centaines de ventes à Dallas (Texas), où il...

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Si la vente et la détention de cannabis sont désormais autorisées au Canada, sa promotion reste interdite.

Newsletters