Life

A-t-on encore besoin du Pape?

Slate.fr, mis à jour le 17.04.2012 à 15 h 09

Benoît XVI, le 22 septembre 2011 au Bundestag à Berlin. REUTERS/Tobias Schwarz

Benoît XVI, le 22 septembre 2011 au Bundestag à Berlin. REUTERS/Tobias Schwarz

À l'occasion de l'anniversaire de Benoît XVI, qui a fêté ses 85 ans hier lundi 16 avril, l’hebdomadaire allemand Zeit a demandé à huit de ses journalistes de débattre sur la nécessité d’avoir un Pape aujourd’hui.

Pour la journaliste Ijoma Mangold, il est de toute façon trop tard pour que l’office du Pape puisse disparaître:

«Il est là depuis trop longtemps pour qu'on puisse le supprimer. Il a survécu à la division de l'Église par Luther, à la sécularisation et à la perte de l'État religieux. Il est ressorti de ces crises avec le profil affûté. Il est la plus vieille institution du monde.»

Sa consoeur protestante Sabine Rückert n'est pas de cet avis:

«Nous protestants, nous n'avons jamais eu besoin du Pape. Les premiers Chrétiens n'avaient pas besoin de lui, l'apôtre Paul n'avait pas besoin de lui, et Jésus n'avait absolument pas besoin de lui. […] La fonction de Pape est une institution ancienne, qui appartient à une époque révolue depuis longtemps. Ce n'est qu'en 2007 que le Vatican a gravement annoncé que les enfants non-baptisés pouvaient aussi monter au ciel. Merci bien! La papauté a quelque chose de la Reine d'Angleterre, dont la fonction est elle aussi complètement vide de sens, et dont les cérémonies pompeuses continuent malgré tout de se vendre auprès de millions de téléspectateurs.»

«En conclusion: personne n'a besoin de ce vieux Pape et de son Église de vieux hommes. Seul le tyran cubain Fidel Castro, qui est encore plus vieux, a encore besoin de lui. Pour lui tenir la main à sa mort», affirme-t-elle.

Le Pape pourrait changer le monde, pense au contraire son collègue Patrik Schwarz, qui estime que ceux qui espèrent assister à une réforme de l'Église catholique feraient mieux d’attendre encore avant de supprimer le Pape: «L'espoir réaliste d'une église renouvelée réside toujours dans un nouveau Pape», estime-t-il.

«Sans lui ce serait ennuyeux», s'imagine la journaliste Christiane Florin, qui propose elle aussi de le garder. «Le Pape est une popstar, mais qui ne doit pas se réinventer à chaque entrée en scène. C'est un global player, mais il ne joue pas avec nous», poursuit-elle, estimant qu'il se distingue ainsi de Madonna et de Steve Jobs. Mais «une Terre sans représentant du Christ serait ennuyeuse. Un monde où il y aurait seulement Madonna et le père de notre App pour iPhone –ce serait le dépôt de bilan spirituel».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte