Economie

Quelle énergie consomme Facebook?

Slate.fr, mis à jour le 16.04.2012 à 11 h 00

Des cigarettes Facebook cduruk via Flickr CC

Des cigarettes Facebook cduruk via Flickr CC

Il n’y a pas que les sites porno qui consomment de l’énergie, Facebook aussi est un gouffre à megawatts selon le site Technology Review, qui publie une interview du responsable de la consommation énergétique de l’entreprise, Bill Weihl. Et vous n’en avez peut-être pas conscience, mais vous rejetez du carbone dans l’atmosphère quand vous partagez la photo de votre chat sur Facebook ou lorsque vous décidez de perdre votre temps sur FarmVille.

Impossible de dire exactement l’énergie que dépensent chaque jour les gigantesques fermes de serveurs de Facebook. Certains chiffres prêtent néanmoins à réfléchir. Selon Technology Review, les 800 millions d’utilisateurs du réseau social mettent ligne quelque 250 millions de photos chaque jour et postent 2 millions de «likes» et commentaires à chaque minute écoulée.

Stratégie de communication

La consommation d’énergie est un enjeu fondamental pour l’entreprise de Mark Zuckerberg. Avec son dernier data center construit à Prineville (Oregon) et censé consommer 38% d’électricité en moins que les fermes de serveurs classiques, Facebook cherche à améliorer son profil écologique. Une image publique déjà ébréchée par une campagne de Greenpeace qui dénonçait l’utilisation d’une centrale au charbon pour faire fonctionner le réseau social.

«Un réseau social qui marche au charbon? Dans le monde technologique où l’image joue un grand rôle, la crédibilité verte a de l’importance. Il n’a pas fallu longtemps avant que Greenpeace fasse de Facebook la cible d’une campagne agressive intitulée "Unfriend Coal" ["retirez le charbon de votre liste d’amis"] qui a recueilli quelque 181.000 "j’aime" sur sa page Facebook.»

Depuis, Facebook multiplie les initiatives. En plus d’embaucher Bill Weihl, scientifique proclamé «héro de l’environnement» en 2009 par le magazine Time pour avoir poussé Google à investir dans les énergies renouvelables, l’entreprise compte inaugurer son prochain data center dans la ville de Luleaa, en Suède. Comme l’indique l’Hindustan Times, le choix du lieu n’est pas fait au hasard: la température locale va permettre de refroidir les serveurs sans utiliser d’air conditionné.

Des applications «vertes»

Cette volonté de se mettre au vert passe aussi par les services proposés aux internautes. Une application lancée par Opower, en partenariat avec Facebook, vient d’être lancée et permet aux utilisateurs de calculer la consommation énergétique de leur foyer. Ils peuvent ensuite comparer leur bilan avec ceux de leurs voisins ou de leurs amis.

«Il y a des domaines dans lesquels ajouter une dimension sociale peut faire une grosse différence, explique Bill Weihl. J’espère que nous aurons une demi-douzaine –ou une douzaine dans mes rêves les plus fous– d’applications supplémentaires disponibles dans l’année qui vient.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte