Monde

Obama paie moins d'impôts que sa secrétaire

Slate.fr, mis à jour le 14.04.2012 à 17 h 01

Barack Obama dans la roseraie de la Maison Blanche. REUTERS/Jason Reed

Barack Obama dans la roseraie de la Maison Blanche. REUTERS/Jason Reed

C’est une politique de transparence que prône la Maison Blanche, mais surtout une stratégie pour bien montrer aux électeurs américains la nécessité de réformer le système d’imposition.  

La Maison Blanche a ainsi révélé vendredi que Barack Obama et sa femme Michelle ont déclaré 789.674 dollars (un peu plus de 600.000 euros) de revenus en 2011 à l'administration fiscale fédérale et que ces revenus avaient été taxés à 20,5%. Soit un taux d’imposition inférieur à celui de sa secrétaire, «qui paie un taux un peu supérieur à celui du président cette année, alors que son salaire est considérablement inférieur», a expliqué la porte-parole de la Maison Blanche, Amy Brundage à CNNMoney. La secrétaire en question gagne 95.000 dollars par an. 

Selon Amy brundage, le président est en faveur d’une plus forte imposition sur ses revenus, et explique ainsi que la situation «illustre exactement pourquoi nous avons besoin de réformer notre système d’imposition et de demander aux plus favorisés de payer leur part».

Cette semaine, avant de dévoiler ses déclarations d’impôts, Barack Obama avait appelé à la mise en place de la règle «Buffet», du nom du richissime Warren Buffet. Celui-ci avait en effet proposé en août dernier une réforme du système fiscal pour supprimer l’aberration selon laquelle des gens plus riches peuvent être imposés à un pourcentage plus faible. Avec la règle Buffet,les revenus des contribuables les plus riches seraient imposés à 30%. Selon un sondage Gallup publié vendredi, la proposition est soutenue par 60% des personnes interrogées. 

«A l'appui du président sortant, un rapport publié mardi par la présidence souligne que le taux d'imposition des Américains les plus riches a fortement diminué depuis 1995, rappelle Les Echos. Selon ce document, qui se fonde sur les données des services fiscaux, les 400 foyers américains les plus riches - qui ont gagné plus de 110 millions de dollars au total - étaient imposés en 2007 à hauteur de 18,1%, contre 29,9% en 1995».

Lundi un vote est soumis au Sénat sur la «règle Buffett», mais les Républicains s’y opposent et ne laisseront pas passer le projet de loi.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte