Culture

Les mèmes sont-ils de l’art? (VIDEO)

Temps de lecture : 2 min

Un exemple du mème "Conspiracy Keanu".
Un exemple du mème "Conspiracy Keanu".

Verra-t-on un jour une exposition consacrée aux lolcats? Dans une vidéo publiée sur la chaîne Youtube de PBS Idea et reprise par The Verge, Mike Rugnetta se demande si les mèmes (ces images transformées et multipliées à l’infini à travers l’Internet mondial dans une gigantesque communion du LOL) peuvent être considérées comme de l’art à part entière.

«Les gens créent des images et les partagent avec des inconnus dans le but de transmettre leurs propres sentiments? Ça, mon ami, c’est de l’art. Purement et simplement.»

Même les philosophes le pensent. Mike Rugnetta cite par exemple Léon Tolstoï et son essai Qu’est-ce que l’art?, dans lequel il donne la définition suivante (page 56):

«Évoquer en soi-même un sentiment déjà éprouvé et, l’ayant évoqué, le communiquer à autrui, par le moyen de mouvements, de lignes, de couleurs, de sons, d’images verbales: tel est l’objet propre de l’art.»

Parce qu'ils représentent une forme évidente de catharsis, Aristote aussi serait d'accord pour ranger les mèmes parmi les oeuvres d'art, estime le chroniqueur. Du point de vue du philosophe, le propre d'une réalisation artistique est de permettre l'évacuation d'un trop-plein de sentiments. Or quoi de mieux qu'un bon vieux «rage guy» pour manifester sa colère, ou un zèbre dansant sur du gazon pour exprimer sa joie de vivre?

On retrouve également dans le processus de copie et de transformation propre aux mèmes une dimension warholienne, les consommateurs de pop culture tendant à en devenir eux-mêmes les acteurs.

On peut par exemple citer l’histoire récente du «Ridiculously Photogenic Guy». A la base, une banale photo d’un sportif (mignon) participant à la course de Cooper River Bridge de Charleston, en Caroline du Sud. A l’arrivée, des milliers de copies et de détournements après que l’auteur du cliché l’a posté sur Reddit.

ridiculously photogenic guy

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

La perméabilité entre les mèmes internet et l'art plus «institutionnel» est déjà flagrante. On peut par exemple citer l'adapation réaliste des «rages faces» par Sam Spratt, l'irruption du «pepper spraying cops» dans des tableaux reconnus, ou encore la transformation de mèmes en affiches de film minimalistes.

Newsletters

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio