Monde

Ahmed Ben Bella, premier président de l'Algérie indépendante, est mort

Slate.fr, mis à jour le 11.04.2012 à 18 h 52

Ahmed Ben Bella dans les années 50, via Wikimedia Commons.

Ahmed Ben Bella dans les années 50, via Wikimedia Commons.

Ahmed Ben Bella, premier président de l’Algérie indépendante, s’est éteint ce mercredi à l’âge de 96 ans, selon l’agence de presse algérienne APS. Il est mort à son domicile, son état de santé s’étant dégradé ces derniers temps, comme le rapporte RTL, qui indique que ce pionnier de l’indépendance avait été hospitalisé à Paris pour des «complications respiratoires».

Au pouvoir de 1962 à 1965, cet Algérien d’adoption (il est d’origine marocaine) se voyait comme «le Nasser égyptien», rapporte Le Point. Après deux séjours en prison, il prend la vice-présidence du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), puis la tête de l'Algérie au lendemain des accords d'Evian. Ejecté de sa fonction trois ans plus tard par son ministre de la Défense, Boumédiène, il a croupi quatorze ans en prison avant de s'exiler à Lausanne.

» Lire d'autres articles sur l'Algérie sur Slate Afrique

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte