Monde

Le thon, cause de divorce au Royaume-Uni

Temps de lecture : 2 min

Bagues /Elsie esq. via Flickr CC License by
Bagues /Elsie esq. via Flickr CC License by

Servir du thon à son mari alors qu'il n'aime pas ça, ne pas vouloir jouer les Klingon, changer les chaînes télévisées trop rapidement: au Royaume-Uni, la moitié des causes avancées pour demander le divorce sont insensées, rapporte le New York Times.

Contrairement à la France, le divorce par consentement mutuel n'existe pas au Royaume-Uni, où le Matrimonial Causes Act de 1973 n'autorise les divorces que pour cinq faits, dont l'adultère ou l'abandon.

Pour pouvoir divorcer sans réelles raisons, il y a bien le «comportement déraisonnable», pour lequel l'une des parties doit prouver que vivre avec l'autre est devenu «intolérable», mais celui-ci pousse les couples à inventer des excuses étonnantes, comme détester la façon dont son mari respire.

Des avocats spécialisés en divorce militent pour que le consentement mutuel soit instauré mais un porte-parole du ministère de la Justice a déclaré la semaine dernière que le gouvernement n'avait pas l'intention de changer la loi.

Une modification avait été évoquée en 1996, mais cela n'avait pas abouti. A l'époque, Edward Leigh, un député conservateur du Parlement, avait déclaré qu'elle favoriserait le «divorce à la demande».

Newsletters

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

Selon des témoignages recueillis par Amnesty International, des officiels ont demandé à certaines familles de donner de l'argent pour obtenir la dépouille des personnes tuées.

Newsletters