Facebook rachète l'application de photos Instagram

Photo prise avec Instagram.

Personne ne l’avait vraiment vu venir. Facebook a annoncé ce lundi 9 avril avoir acquis l’application mobile — doublée d’un réseau social — d’images très populaire Instagram. Pour la somme astronomique — surdimensionnée? — d'un milliard de dollars, à la fois en cash et en échanges d’actions Facebook pour les fondateurs. C’est Mark Zuckerberg lui-même qui a donné l’information sur sa timeline :

«Pendant des années, nous nous sommes concentrés sur la capacité de construire le meilleur moyen de partager des photos avec nos amis et notre famille. Désormais, nous allons pouvoir aller encore plus loin. (…) Nous pensons que ces différentes expériences (Celle de Facebook et celle d’Instagram) sont complémentaires. Mais pour bien faire, nous devons garder à l’esprit qu’il faut d’abord renforcer les forces et les produits d’Instagram, plutôt que d’essayer de tout intégrer à Facebook».

Zuckerberg ne veut pas tuer la marque Instagram, qui a déjà séduit des millions d’utilisateurs dans le monde, en un temps record, grâce à une interface d’une très grande simplicité. Comme le rappelle Business Insider, le site de partage et de traitement d’images comptait 1 million d’utilisateurs en janvier 2011, 15 en janvier 2012 et 30 en mars!

A Facebook, dit Zuckerberg, d’aider à diffuser cette application, et d’éviter de la tuer en n’en faisant qu’un simple service intégré. Le fait qu’Instagram soit connecté aux autres services, au delà de Facebook, est un des facteurs de réussite de l’application, dit le fondateur de Facebook. «Nous souhaitons continuer à développer la capacité à partager les Instagrams sur d’autres réseaux, et aussi de conserver la possibilité de n’avoir des abonnés que sur Instagram, séparément de vos amis Facebook».

Facebook, qui était devenu le premier site de partage de photos reléguant Flickr en seconde division, vient avec cette acquisition — pas la première de sa courte histoire, alors qu'il est en pleine préparation de son entrée en bourse — de montrer qu’elle entendait rester le numéro dans ce domaine. 

Le réseau social qui monte, Pinterest, basé lui aussi sur le partage d’images comme s’il s’agissait d’un tableau en liège virtuel, est sans nul doute dans le collimateur. Mais il n'est pas le seul. L'annonce de Zuckerberg intervient au moment où Google+, le réseau social de Google qui peine à décoller, va intégrer le site d'édition de photos gratuit et performant Picnic — à partir du 19 avril. Et alors qu'Instagram, longtemps uniquement disponible sur iPhone, venait de lancer son application sur Androïd, l'OS de Google qui équipe désormais la plupart des smartphones!

Si ce n'est pas une déclaration de guerre, c'est un trait d'humour bien vachard...