Life

L'accouchement dure deux heures de plus qu'il y a 50 ans

Slate.fr, mis à jour le 05.04.2012 à 12 h 48

pregnant silhouette/mahalie via Flickr CC License by

pregnant silhouette/mahalie via Flickr CC License by

Comparé à il y a cinquante ans, le premier accouchement d’une femme dure deux heures de plus: 6h30 environ aujourd'hui, contre 4h il y a 50 ans. On aurait pu croire qu’avec les progrès de la médecine la naissance d’un nouveau-né prendrait moins de temps que par le passé. Il n’en est rien. C’est ce que révèle une étude américaine, qui a comparé près de 140.000 naissances de 1959 à 2008.

Deux types d’explications expliquent ce phénomène, indique NPR. La première est naturelle, les femmes accouchent aujourd’hui quatre ans plus tard qu’en 1960. Sans compter que leur IMC (indice de masse corporelle) est plus élevé ainsi que le poids du nouveau-né, environ 100g de plus.

Mais les docteurs Ware Branch et Katherine Laughon soulignent surtout l’importance de la responsabilité médicale. Notamment en ce qui concerne la césarienne. Actuellement, les obstétriciens s’empressent d’en réaliser alors qu’il est trop tôt, car ils utilisent un critère dépassé de ce que l'on devrait considérer comme un temps «normal» de travail.

Le Dr Laughon souligne également une autre raison: l’augmentation de l’utilisation de la péridurale.

«On sait que cela rallonge l’accouchement de 40 à 90 minutes. Mais il s’agit bien sûr d’une pratique complètement admise car elle permet de réduire la sensation de douleur durant l’accouchement.»

En 1960, seules 4% des femmes y avaient recours, contre 55% aujourd’hui précise MNSBC. Ce qu’affirme le Dr Laughon est sujet à controverse. Dans Cyberpresse, le Dr Emmanuel Bujold, chercheur en obstétrique à l’université Laval déclare :

«Il y a longtemps eu une certaine crainte à l'égard de l'épidurale, et un certain intérêt des femmes à accoucher naturellement. Alors que ce sont souvent les femmes qui ont les accouchements les plus longs et les plus difficiles qui demandent l'épidurale, si bien qu'ici, l'épidurale peut très bien être l'effet plutôt que la cause.»

Autre raison avancée par les Dr Laughon et Braunch: l’utilisation de l’ocytocine, une hormone qui est censée accélérer les contractions et donc l’accouchement. Pourtant, ce dernier dure plus longtemps. Selon le Dr Laughon, c’est que les médecins devraient attendre plus de temps avant de prescrire le médicament.

«Les femmes ont peut-être simplement besoin de plus de temps pour accoucher que par le passé» conclut-elle.

Le Dr Bujold tempère quant à lui l’ensemble de cette étude en expliquant que «ce sont des données collectées dans les années 1960. Alors même si elles sont d'excellente qualité, je doute qu'elles aient été colligées exactement de la même façon que celles des années 2000».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte