Culture

Claude Miller (Garde à vue, l'Effrontée) est mort

Slate.fr, mis à jour le 09.05.2012 à 18 h 41

Claude Miller et son épouse Annie Miller au Festival de Cannes de 1998 REUTERS/John Schults

Claude Miller et son épouse Annie Miller au Festival de Cannes de 1998 REUTERS/John Schults

Si une fois mort on rejoint ses copains, Claude Miller est en sacrée compagnie. Le réalisateur français, mort mercredi après plusieurs mois de maladie, retrouve ses maîtres, ceux dont il fut l'assistant réalisateur, Marcel Carné, Jacques Demy, et celui dont il fut le directeur de production: François Truffaut.

Après avoir fait ses classes auprès de tous ces «grands» (mais aussi auprès d'un autre très «grand» et vivant, Jean-Luc Godard),  Miller était passé derrière la caméra. Il avait alors réalisé La Meilleure Façon de marcher. Nous sommes en 1976, et il faut attendre 1981 pour voir le face à face entre Michel Serrault et Lino Ventura dans Garde à vue, puis le duo Michel Serrault-Isabelle Adjani sur un scénario de Michel et Jacques Audiard dans Mortelle Randonnée.

Et vient l’Effrontée, l’un de ses plus gros succès. La petite Charlotte Gainsbourg connaît son premier grand rôle. Cela vaudra à l’ado de 15 ans d’aller récupérer son César de meilleur Espoir face à une salle bondée et intimidante. Ses seuls mots chuchotés au micro: «Je remercie Claude Miller.» Il la fera ensuite rejouer dans La Petite Voleuse. En 1998, il obtient le Prix du jury à Cannes pour La classe de neige.

Puis il continuera de tourner une œuvre, faites de polars sombres et de films explorant les rapports familiaux. «Je suis surtout intéressé par la manière dont les enfants gèrent les parents difficiles», confiait-il à l’Express en 2009. Lui qui avait grandi dans une famille qui portait le deuil d'une petite fille, soeur fantôme dont il a longtemps ignoré qu'elle avait existé, expliquait:

«Ce qui me passionne dans la démarche cinématographique, c'est de m'attacher au plus près au jeu des apparences, gestes, regards, comportements et d'essayer de faire deviner l'intérieur des êtres, leur jardin secret, alors qu'on ne voit d'eux que l'extérieur.»

Malade depuis plusieurs mois, il avait continué de tourner jusqu’à l’été dernier. Il dirigeait Audrey Tautou et Gilles Lellouche dans Thérèse D, adaptation d’un roman de François Mauriac qui devait sortir en octobre prochain.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte