France

Antiterrorisme: les différences entre la France et les Etats-Unis

Slate.fr, mis à jour le 03.04.2012 à 10 h 59

Après l'assaut contre l'appartement de Mohamed Merah à Toulouse le 22 mars 2012, REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Après l'assaut contre l'appartement de Mohamed Merah à Toulouse le 22 mars 2012, REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Les critiques dirigées contre la méthode antiterroriste française qui ont animé le pays après les tueries de Toulouse et Montauban intéressent le New York Times, qui se penche sur la comparaison des systèmes français et américain.

Pour le journal américain, Mohamed Merah est passé au travers des mailles du filet antiterroriste français, et la France se demande si une méthode plus automatisée —et plus onéreuse—, fondée sur la logique américaine d’enregistrement des conversations téléphoniques et d’Internet, aurait permis une identification plus rapide de Merah.

Si les Américains ont monopolisé d’énormes ressources humaines, financières et informatiques pour leur guerre contre le terrorisme après le 11-Septembre, les Français ont une histoire coloniale qui les a confrontés plus tôt au terrorisme, selon le quotidien américain. Avec la plus grande population musulmane d’Europe —environ 10% de la population, surtout concentrée dans les quartiers pauvres— la France tente d’empêcher le recrutement de terroristes potentiels en infiltrant régulièrement les mosquées et les réseaux islamistes radicaux.

En raison de leur histoire et pour des questions de budget, les Français se reposent sur les contacts humains, le renseignement local et moins sur les recherches automatisées des communications comme le font les Américains. Ce qui rend les Français mieux informés mais moins systématiques et moins capables de relier les points entre eux…

«Aux Etats-Unis, c’est le système qui compte, en France, ce sont les hommes», résume Marc Trévidic, juge au pôle antiterroriste de Paris.

Mais alors que la France a réformé sa législation en 2006 en donnant plus de marges de manoeuvre aux juges et aux policiers et a créé la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) en 2008, le système américain de détection des activités terroristes est plus décentralisé.

«Les tensions entre le FBI, la CIA et les agences locales sont légendaires, surtout entre le FBI et la police de New York (NYPD), qui dispose de sa propre unité de lutte antiterroriste.»

Pour le New York Times, l’Etat français a beaucoup de pouvoirs pour mettre son nez dans la vie des citoyens et arrêter les suspects au nom de l’anticipation de la menace. Gary Schmitt, expert en renseignement et professeur à l’American Enterprise Institute, explique:

«La France a un système très agressif, et avant le 11-Septembre, l’Etat centralisait le renseignement et votait des lois lui permettant d’attraper quelqu’un très en amont pour interrompre quoi que ce soit. (Les Français) peuvent faire beaucoup de choses, y compris intercepter des conversations téléphoniques, faisant passer le Patriot Act pour une loi à l’eau de rose.»

La qualification d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste permet à la justice française de juger l’intention de commettre un attentat et donc —normalement— de l’empêcher, come le détaillait Slate.fr après les tueries de Toulouse et Montauban.

Or le profil solitaire de Mohamed Merah peut expliquer que les services de renseignement aient été dépassés. Selon l’ancien agent de la CIA Bruce Riedel qui signe une tribune dans The Daily Beast, le profil de Merah n’est pas atypique mais donne au contraire un visage à la nouvelle tactique des djihadistes.

Selon lui, un document secret d’al-Qaida retrouvé à Berlin par la police allemande cet hiver exhortait les agents d’al-Qaida en Europe de l’Ouest et aux Etats-Unis à chercher des solitaires comme Merah. Des individus qui pourraient se fondre dans la population, échapper à la vigilance des services de renseignement et préparer de «petites attaques» pour terroriser la population.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte