Culture

Glastonbury, Sonisphere: les festivals de musique britanniques victimes des JO

Temps de lecture : 2 min

Un festivalier fait des glissades dans la boue à Glastonbury, le 22 juin 2007. D. MARTINEZ / REUTERS
Un festivalier fait des glissades dans la boue à Glastonbury, le 22 juin 2007. D. MARTINEZ / REUTERS

Glastonbury, Sonisphere... La Grande-Bretagne ne sera pas le lieu des gros festivals britanniques cet été. Alors qu’ils sont le lieu de rassemblement annuel de milliers d’amateurs de musique, venus du monde entier pour écouter leurs artistes préférés, plusieurs festivals emblématiques annoncent l’annulation pure et simple de leur édition 2012. Le coupable? Les Jeux olympiques de Londres, selon France TV info.

Quatre festivals ont déjà annoncé qu’ils annulaient leur édition 2012. Pour le plus connu d’entre eux, Glastonbury la nouvelle est tombé en janvier. Faute de toilettes (en plastique), tous loués par l’organisation des Jeux olympiques de 2012, le festival a dû annoncer l’annulation de sa prochaine édition. Alors que les billets s’étaient vendus en quatre heures, le jour de leur mise en vente.

Plus récemment, le festival de métal Sonisphere, qui se tient à moins d’une heure de route de Londres, a également dû se résoudre au même constat: impossible de financer le festival cette année. Si les organisateurs ne blâment pas les JO, les internautes sur les sites spécialisés ne sont pas si cléments.

Pour le Big Chill, festival pointu du Pays de Galles, ce sont les dates qui ont posé problème: coïncidant avec celles des JO et impossible à changer étant donné le planning chargé des artistes. Melvin Benn, l’organisateur, a abandonné mi-janvier.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Crise oblige, l’édition 2012 du petit Intro Festival n’a pas survécu à la coupe budgétaire de 14 millions de livres du comté de Middlebrough. Ce dernier a préféré se focaliser sur les célébrations des JO.

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio