Culture

Glastonbury, Sonisphere: les festivals de musique britanniques victimes des JO

Temps de lecture : 2 min

Un festivalier fait des glissades dans la boue à Glastonbury, le 22 juin 2007. D. MARTINEZ / REUTERS
Un festivalier fait des glissades dans la boue à Glastonbury, le 22 juin 2007. D. MARTINEZ / REUTERS

Glastonbury, Sonisphere... La Grande-Bretagne ne sera pas le lieu des gros festivals britanniques cet été. Alors qu’ils sont le lieu de rassemblement annuel de milliers d’amateurs de musique, venus du monde entier pour écouter leurs artistes préférés, plusieurs festivals emblématiques annoncent l’annulation pure et simple de leur édition 2012. Le coupable? Les Jeux olympiques de Londres, selon France TV info.

Quatre festivals ont déjà annoncé qu’ils annulaient leur édition 2012. Pour le plus connu d’entre eux, Glastonbury la nouvelle est tombé en janvier. Faute de toilettes (en plastique), tous loués par l’organisation des Jeux olympiques de 2012, le festival a dû annoncer l’annulation de sa prochaine édition. Alors que les billets s’étaient vendus en quatre heures, le jour de leur mise en vente.

Plus récemment, le festival de métal Sonisphere, qui se tient à moins d’une heure de route de Londres, a également dû se résoudre au même constat: impossible de financer le festival cette année. Si les organisateurs ne blâment pas les JO, les internautes sur les sites spécialisés ne sont pas si cléments.

Pour le Big Chill, festival pointu du Pays de Galles, ce sont les dates qui ont posé problème: coïncidant avec celles des JO et impossible à changer étant donné le planning chargé des artistes. Melvin Benn, l’organisateur, a abandonné mi-janvier.

Crise oblige, l’édition 2012 du petit Intro Festival n’a pas survécu à la coupe budgétaire de 14 millions de livres du comté de Middlebrough. Ce dernier a préféré se focaliser sur les célébrations des JO.

Slate.fr

Newsletters

Deux romans «la vie cette pute» qui ne donnent pas franchement envie de reprendre du pop-corn

Deux romans «la vie cette pute» qui ne donnent pas franchement envie de reprendre du pop-corn

RENTRÉE LITTÉRAIRE – Pessimisme de l'écrivain sans avenir et Jésus-Christ désabusé: les chemins de croix d'Olivier Adam et Amélie Nothomb montrent la difficulté à peindre une noirceur crédible.

Le Luberon de Willy Ronis

Le Luberon de Willy Ronis

«Willy Ronis a découvert le Luberon en 1947 et a fini par s'y installer définitivement, en 1972. Il y a mené de nombreux reportages et avait en permanence son appareil photo avec lui, avec l'envie, toujours, de montrer les gens au...

«Unbelievable», série palpitante et indispensable

«Unbelievable», série palpitante et indispensable

La nouvelle série Netflix n'est pas que le portrait d'une femme victime d'un prédateur puis d'un système sexiste et défaillant.

Newsletters