Culture

Harry Crews va hanter la Mort

Temps de lecture : 2 min

Harry Crews dans une interview vidéo / Capture d'écran
Harry Crews dans une interview vidéo / Capture d'écran

Sur son bras, Harry Crews avait fait tatouer un vers du poète E.E. Cummings, s’adressant à la Mort: «How do you like your blue eyed boy, Mr. Death?». «Monsieur Crews est mort mecredi à 76 ans, et je parie que la Mort le trouve déjà bien turbulent», écrit Dwight Garner dans le New York Times, qui poursuit:

«Ses meilleurs livres alliaient comédie et indignation morale, qu’il mélangeait sur la page et y mettait le feu comme à de l'essence. Ses personnages arrogants avaient des personnalités démesurées. Lui aussi.»

Il y a quelques années, Martine Laval le décrivait dans Télérama:

«Un géant. Cassé. Couturé. Mal en point. Un gentil. Se prêtant aux questions. Portant sur ses épaules –dans ses membres, son corps– toute la misère de sa chienne de vie.»

Enfance difficile dans le Sud rural des Etats-Unis, en Géorgie (qu’il raconte dans Des Mules et des hommes, une enfance un lieu, en anglais A Childhood: The Biography of a Place), une santé qui ne lui prédisait pas de tenir jusqu’à ses 76 ans. Puis le corps des Marines et la révélation de la littérature. A l'issue de ses trois ans dans l'armée, il fera des études d'anglais, discipline qu'il enseignera jusqu'en 1997, tout en publiant des romans à partir de 1968.

Dans un autre article, Martine Laval expliquait en 2009 qu'Harry Crews était un «pur produit made in USA, l'incarnation vivante du “tout est possible”, un p'tit gars du Sud qui s'en est sorti, “un péquenot” devenu écrivain. Mais Harry Crews, c'est l'Amérique vécue côté poubelles: déglingues, bagarres, prison, paradis artificiels, blessures, rêves enterrés, ambitions hachées. Et puis, au bout de l'enfer, la rédemption et l'écriture». Il n'ira plus en enfer, c'est déjà fait.

Slate.fr

Newsletters

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

Newsletters