Monde

Texas: un pilote divaguant sur al-Qaida provoque un atterrissage d'urgence

Slate.fr, mis à jour le 28.03.2012 à 10 h 07

Un avion JetBlue à Los Angeles, 	REUTERS/Robert Galbraith

Un avion JetBlue à Los Angeles, REUTERS/Robert Galbraith

Un avion de la compagnie JetBlue a effectué un atterrissage d’urgence au Texas mardi 27 mars après que des passagers ont maîtrisé un des pilotes qui s’était mis à avoir un comportement erratique et à crier des choses à propos d’al-Qaida et d’alerte à la bombe.  

Les passagers ont confié au Amarillo Globe-News, le journal local de la ville où l’avion a atterri, que de six à dix d’entre eux ont fini par plaquer le commandant de bord après qu’il est sorti des toilettes en criant «Irak, al-Qaida, terrorisme, nous allons tous nous écraser.» Fox News rapporte que le pilote a aussi crié:

«Faites vos prières! Faites vos prières!»

«C'était assez inquiétant, il avait l'air de vraiment flipper, a déclaré à la chaîne CNN l'une des passagères, rapporte l’AFP. Ils ont essayé de le calmer, mais ils ont dû le maîtriser et un groupe de passagers s'est précipité à l'avant de l'appareil pour le contenir.»

Un responsable fédéral a déclaré à CBS News que l’incident a démarré quand le commandant est devenu incohérent au cours du vol New York-Las Vegas, au point que son copilote a dû le convaincre de quitter le cockpit.

L'Aviation civile américaine (FAA) a précisé que le copilote a alors «verrouillé la porte». Après un passage aux toilettes, le commandant a essayé de retourner dans le cockpit en frappant sur la porte fermée. Il a rapidement été arrêté par un ancien garde de prison qui l’a attrapé par le cou et l’a étouffé jusqu’à ce qu’il perde connaissance, selon le récit d’un des passagers. Les passagers ont ensuite essayé de l’attacher avec des bracelets en plastique qu’il a réussi à casser. Ils ont alors utilisé leurs ceintures pour lui lier les bras.

JetBlue a déclaré dans un communiqué publié rapidement après l’incident que l’atterrissage d’urgence était lié à une «situation médicale» liée au commandant, et qu’un pilote qui n’était pas en service et se trouvait dans l’avion a pris les commandes avant l’atterrissage à Amarillo.

Le commandant, dont l’identité n’a pas encore été révélée, a été admis dans un service médical au Texas.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte