Monde

Une femme voilée tuée aux Etats-Unis, l'indignation s'élève face au racisme

Temps de lecture : 2 min

Hijab / ssr.ist4u via FlickrCC / License by
Hijab / ssr.ist4u via FlickrCC / License by

Shaima Alawadi, immigrée irakienne de 32 ans, installée aux Etats-Unis, est morte samedi de ses blessures. Elle avait été battue à mort chez elle, dans sa maison d’El Cajon, dans le comté de San Diego en Californie. Sa fille de 17 ans l’avait retrouvée mercredi, inconsciente –elle avait passé ses derniers jours sous respirateur artificiel.

Près de son corps inanimé, que sa fille avait trouvé, une note: «Retourne dans ton pays. Tu es une terroriste», rapporte le San Diego Union-Tribune. Selon la fille de Shaima Alawadi, qui s’est confiée à KUSI-TV, sa mère a été battue à plusieurs reprises avec un démonte-pneu.

Selon elle, la famille avait déjà trouvé une note semblable, devant chez eux, le mois précédent. Ils avaient cru à une mauvaise farce.

Un ami de la famille a décrit Shaima Alawadi au San Diego Union-Tribune: «Une femme respectueuse, portant le hijab» (voile qui couvre le cou et les cheveux, mais pas le visage). La famille avait quitté le Michigan pour la Californie récemment, mais vit aux Etats-Unis depuis 1993.

Contexte lourd

Sur les réseaux sociaux, Alawadi a rapidement été comparée à Trayvon Martin, jeune Américain noir tué en Floride en février par George Zimmerman, un blanc de 28 ans qui estimait devoir s’occuper de la sécurité de son lotissement, et aurait pris la victime de 17 ans pour un rôdeur. Le tueur, qui a prétendu avoir tué en position de légitime défense (alors que la victime n’était pas armée) n’a pas été mis en examen et une partie de la Floride crie à l’injustice et au racisme.

La concomitance des deux affaires fait surgir les craintes d’une Amérique toujours aux prises avec le racisme et la xénophobie. Sur Twitter, les deux affaires sont souvent mentionnées dans un même élan, avec des messages comme «capuche ou hijab — cela doit cesser». Car le jeune Trayvon portait une capuche le soir où il a été tué.

Geraldo Rivera, journaliste notamment pour Fox News avait déclaré: «J’appelle les parents des jeunes noirs et latinos à ne pas laisser leurs enfants porter des capuches», avant d’ajouter: «Je pense que la capuche est autant responsable de la mort de Trayvon Martin que ne l’est [le tueur] George Zimmerman.»

Associated Press explique que pour la police, le meurtre de Shaima Alawadi est sans doute d’un acte isolé. «Un crime de haine est l’une des possibilités, et nous allons examiner cette possibilité», a expliqué le lieutenant en charge de l’affaire, ajoutant: «Nous ne voulons pas nous focaliser sur un seul point et rater d’autres pistes éventuelles.»

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters