Life

Les appareils électroniques bientôt autorisés au décollage?

Slate.fr, mis à jour le 22.03.2012 à 17 h 49

Plane / Oatsy40 via Flickr CC License By

Plane / Oatsy40 via Flickr CC License By

A chaque décollage et à chaque atterrissage, c'est la même chose: tous les appareils électroniques (téléphones, tablettes...) doivent être éteints. Une autorisation difficile à respecter pour certains passagers, d'autant qu'il n'existe pas de preuve établissant un lien entre appareil électronique et crash d'avion.

Bonne nouvelle: cette règlementation pourrait être revue aux Etats-Unis, ce qui pourrait inciter les autres pays à revoir leur position. C'est l'information qu'a obtenue Nick Bilton du New York Times en conctactant la Federal Aviation Administration, chargée des règlementations à bord des vols commerciaux sur le territoire américain. Il explique:

«Quand j'ai appelé la FFA la semaine dernière pour les harceler à propos de cette réglementation –en citant des experts et des recherches qui montrent que ces appareils ne peuvent pas faire de mal à un avion– la FFA a répondu autrement que d'habitude.»

L'administration a en effet décidé de chercher un moyen de mettre en place les tests qui permettraient de vérifier la dangerosité des appareils électroniques. Car pour être autorisé en vol, un appareil doit être testé. Mais les tests groupés ne sont pas possibles. Il faut tester séparément chaque modèle d'appareil (iPad, iPad2, nouvel iPad, Kindle...), sur chacun des modèles d'avion, et pour chacune des compagnies aériennes existantes, sur un vol vide.

Des tests difficile à mettre en place parce qu'il existe plusieurs centaines de modèles de téléphones portables ou de tablettes sur le marché. Mais aussi pour les petites compagnies dont la flotte est rarement disponible au sol comme expliquait un porte-parole de la compagnie Virgin America à Nick Bilton.

«Avec ces nouveaux tests, on pourrait enfin faire cesser ces peurs qu'ont certaines personnes qui pensent qu'une liseuse électronique peut chambouler les appareils électroniques d'un avion (…), explique le journaliste. La plupart de ces peurs semblent causer plus de problèmes que les appareils électroniques eux-mêmes.»

En novembre 2011, Nick Bilton rappelait qu' aucun crash d'avion n'avait jamais été attribué à un appareil électronique utilisé en vol. Il soulignait en outre le fait que l'interdiction crée peut-être plus d'interférences, en demandant aux voyageurs d'éteindre puis de rallumer tous leurs appareils en même temps. En outre, les fréquences assignées à l'aviation sont différentes de celles utilisées par les télécommunications.

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte