Life

Vous donneriez votre mot de passe Facebook pendant un entretien d'embauche?

Slate.fr, mis à jour le 22.03.2012 à 11 h 58

Photo: Forum de l'emploi à l'université de San Francisco / bpsusf via Flickr CC License By

Photo: Forum de l'emploi à l'université de San Francisco / bpsusf via Flickr CC License By

On vous avait déjà parlé des questions bien étranges parfois posées en entretien d'embauche, mais imaginez-vous face à un potentiel employeur vous demandant, le plus naturellement du monde, votre mot de passe Facebook. Pas votre nom d'utilisateur sur Facebook, votre MOT DE PASSE.

Les employeurs cherchent désormais très souvent trace de leurs candidats à l'embauche sur Internet, mais aux Etats-Unis certains sont passés à la vitesse supérieure, rapporte The Atlantic. Dans le Maryland, Robert Collins a ainsi été obligé de communiquer son mot de passe lors d'un entretien avec une agence de l'Etat en 2010 (la société des libertés civiles américaines s'est saisie de l'affaire). A New York, le statisticien Justin Bassett a interrompu son entretien quand on lui a demandé le sien.

Ces deux exemples ne sont pas isolés, assure l'Associated Press, même si ce phénomène se retrouve plus dans la fonction publique (particulièrement pour des jobs de maintien de l'ordre) que dans les entreprises privées. Deux lois ont été proposées, dans l'Illinois et le Maryland, pour interdire aux employeurs de la fonction publique de demander cet accès au profil de leurs candidats. 

«C'est comme de demander à quelqu'un de vous donner ses clés», compare le professeur de droit Orin Kerr, pour qui cette pratique est une «violation de vie privée flagrante».

Les entreprises qui ne demandent pas de mots de passe jouent tout autant avec la vie privée de leur candidat, en leur demandant de devenir amis sur Facebook avec des représentants des ressources humaines ou bien de se connecter à leur compte pendant l'entretien.

C'est ce que fait l'agence gouvernementale qui emploie Robert Collins depuis son affaire, mais celui-ci note que c'est toujours «invasif. Je peux comprendre leur désir d'en savoir plus sur un candidat, mais c'est toujours une violation de la vie privée des gens».

Dans le comté de Spotsylvania en Virginie, le département du sheriff demande à ses candidats de devenir amis avec des enquêteurs, explique le Capitaine Mike Harvey: 

«Dans le passé, nous parlions aux amis et aux voisins, mais on s'est rendu compte à de nombreuses reprises que les candidats interagissent plus à travers les réseaux sociaux qu'avec des vrais amis. Leurs amis virtuels sauront beaucoup plus sur eux qu'une personne qui vit à 25 mètres d'eux.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte