Monde

Le maire de Londres Boris Johnson détourne un compte Twitter public pour sa réélection

Slate.fr, mis à jour le 21.03.2012 à 12 h 10

REUTERS / Toby Melville

REUTERS / Toby Melville

Que prévoit la loi en cas de détournement de compte Twitter et de followers dans le cadre d'une campagne électorale?

Le débat s'est ouvert au Royaume-Uni mardi 20 mars, jour d'ouverture de la campagne officielle pour l'élection municipale de Londres, quand son maire actuel et candidat à sa réélection Boris Johnson a détourné le compte Twitter de la Mairie pour aider sa campagne, raconte le Guardian.

Le compte @MayorOfLondon (maire de Londres) est en effet devenu @BorisJohnson, transférant au passage les 253.000 followers du compte. Le lien en dessous du nom du compte a été également été modifié, passant de www.london.gov.uk, site de la ville de Londres, à backboris2012.com, site officiel de campagne.

Le maire-candidat a alors twitté ce message (effacé depuis la polémique):

«1er jour de la campagne officielle! Aucune ressource de la Mairie n'est utilisée, donc tous les tweets jusqu'au 3 mai viendront de mon portable ou de l'équipe de @backboris2012

Pour le parti travailliste, rapporte la BBC, il s'agit d'un détournement pur et simple des ressources publiques. Un membre de l'équipe de campagne de Ken Livingstone, ancien maire et challenger du conservateur Johnson, résume:

«Concrètement, l'argent du contribuable a été dépensé pour construire et entretenir un moyen de diffusion que Boris a désormais détourné.»

C'est en effet la Greater London Authority qui a créé en 2008 et gère depuis cette date le compte de la Mairie. Les règles de l'autorité précisent d'ailleurs que ses membres élus «ne doivent pas user abusivement (de ses) moyens dans un but politique».

Un porte-parole de la Commission électorale souligne qu'il n'existe aucune loi électorale relative aux comptes Twitter et à l'héritage de followers, mais que tout l'argent dépensé pour ce compte à compter de ce jour devra être inscrit dans les comptes de campagne de Boris Johnson.

«La question est de savoir à qui appartient le compte, explique un avocat en propriété intellectuelle contacté par la BBC. Si Boris Johnson postait les tweets lui-même (sur le compte @MayorOfLondon), comme il semble que cela ait été le cas, on peut soutenir qu'il s'agit de son propre compte privé. A l'inverse, si la diffusion était assurée et financée par des employés de la Mairie, il peut y avoir une affaire à plaider.»

L'équipe de campagne de Boris Johnson défend un autre argument. Pour eux, le compte est détenu par Twitter et pas par la Greater London Authority. Et d'après eux, il n'y a pas vol de followers puisque c'est le nom de Boris Johnson qui les avait attiré en premier lieu et que chacun d'entre eux est libre d'arrêter son abonnement...

Ce n'est pas la première fois que Boris Johnson utilie à mauvais escient le compte Twitter de la Mairie de Londres. En décembre 2009, après l'annonce par le Sun de sa décision de soutenir les conservateurs à l'élection législative de 2010, il avait reçu un avertissement formel pour avoir tweeté sa joie en ces termes: «The Sun has got his hat on, hip hip hip hip hooray» (en référence à une chanson britannique joviale des années 1930).

Finalement, devant «l'hystérie» provoquée, le nom du compte est revenu à @mayoroflondon en fin de journée, comme le rapporte le site du Mirror. Et il a été précisé par l'équipe de campagne de Boris Johnson que @MayorOfLondon serait utilisé seulement pour relater les activités du candidat en tant que maire, et que la campagne électorale pourrait être suivie sur le compte @BackBoris2012.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte