Culture

Doit-on vraiment lire les livres en entier?

Slate.fr, mis à jour le 15.04.2012 à 12 h 29

Books / RLHyde via Flickr CC License By

Books / RLHyde via Flickr CC License By

Vous avez sans doute déjà lâché un livre en plein milieu. Parce qu'il était mauvais, ou sans vraie raison. Le traducteur et écrivain Tim Parks revient sur la New York Review of Books sur le dilemme du lecteur: faut-il s'acharner sur un livre même s'il est mauvais? Doit-on l'avoir terminé pour en parler comme si nous l'avions lu?

Kafka considérait que l'auteur pouvait terminer son roman à n'importe quel moment de façon arbitraire (d'où Le Château et L'Amérique, tous deux non achevés). Au-delà d'un certain point, explique alors Tim Parks, le lecteur devrait donc pouvoir terminer le (bon) livre quand il le décide, sans rien perdre de l'expérience. Et lâcher un livre en cours de route pourrait même avoir des bons côtés:

«Je me demande également si, en montrant sa volonté de ne pas terminer un livre jusqu'au bout, si excellent soit-il, le lecteur ne fait pas en fait une faveur à l'auteur en l'exonérant de la tâche quasi-impossible de boucler une intrigue avec grâce.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte