Life

Pourquoi Monsanto n'a pas vu que son herbicide s'affaiblirait

Slate.fr, mis à jour le 15.03.2012 à 15 h 05

Charles Knowles via Flickr / License by

Charles Knowles via Flickr / License by

Monsanto a été pris au dépourvu lorsqu’en 2000, les mauvaises herbes se sont mises à résister à Roundup, leur herbicide qui aurait dû être super-puissant. C’était seulement quatre ans après que la compagnie avait mis en place les récoltes [Roundup Ready, également une production Monsanto, capables de résister au Roundup]. Comment cela a-t-il pu se produire? Sur le blog The Salt de NPR, Dan Charles s’est entretenu avec des représentants de Monsanto, pour essayer de comprendre ce qui s’était passé. L’histoire que Dan Charles raconte est celle d'un orgueil démesuré.

Il écrit:

«Le plus important, c’est sans doute que les scientifiques de la société venaient de consacrer plus d’une décennie, et des millions de dollars, à la création de plantes capables de résister à Roundup, des plantes qu’ils voulaient à tout prix –des graines de soja, de coton et de maïs. Ça avait été extrêmement difficile à mettre en place.»

Dan Charles ajoute que l’entreprise Monsanto était contente d’elle-même, car pendant plusieurs années, pas un problème ne survint. «Ce qui est vraiment monstrueux», selon Maggie Koerth-Baker, du magazine BoingBoing. Elle poursuit:

«Les mauvaises herbes érigent plus facilement une résistance aux herbicides quand le même herbicide est utilisé, année après année, sur la terre où elles poussent. Pour présupposer que Monsanto n’ait pas affaire à ce phénomène, en combinant l’herbicide Roundup et les récoltes Roundup Ready, Monsanto devait presque partir du principe que ces deux produits n’étaient donc pas très efficaces.»

Selon NPR, la résistance des mauvaises herbes à l’herbicide Roundup a dévasté l’industrie agricole, contraignant les agriculteurs à se reconvertir à d’anciennes techniques agricoles plus anciennes, plus intensives. Désormais, selon Dan Charles, les fermiers cherchent de nouvelles méthodes pour combattre les mauvaises herbes.

Alors que des sociétés comme Monsanto travaillent sur des OGM résistant à un nouvel herbicide, certains s’inquiètent du processus naturel de développement. Stanley Culpepper, expert en mauvaises herbes de l’université de Géorgie, croit fermement que les agriculteurs devront combattre les mauvaises herbes avec toute une série de produits chimiques. Mais il a aussi présenté une nouvelle méthode pour les producteurs de coton désireux de nettoyer leurs sols de ces herbes néfastes: déposer du seigle entre les plants de coton.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte