Life

La circoncision réduit les risques de cancer de la prostate

Slate.fr, mis à jour le 15.03.2012 à 11 h 28

Circoncision médiévale /NateBW via Flickr CC License by

Circoncision médiévale /NateBW via Flickr CC License by

Les hommes circoncis ont un risque légèrement plus faible de développer un cancer de la prostate selon une étude publiée dans la revue Cancer.

Les analyses portent sur deux groupes: 1.754 hommes souffrant d'un cancer de la prostate et 1.654 hommes contrôlés dans le King County, dans l'Etat de Washington. L'âge de la circoncision, si circoncision il y a et l'âge du premier rapport sexuel ont été pris en compte ainsi que la présence ou non d'une infection sexuellement transmissible (IST) ou d'une inflammation de la prostate:

«La circoncision avant la première relation sexuelle a été associée à une réduction de 15% du risque de cancer de la prostate par rapport à celui des hommes non circoncis.»

Dans le premier groupe, celui des hommes atteints d'un cancer, 69% sont circoncis contre 72% dans le deuxième, celui des hommes non touchés par la maladie, «ce qui suggère un faible effet protecteur» selon Reuters.

Contracter une IST augmente le risque de développer un cancer de la prostate. La circoncision réduisant le risque de développer une IST, elle réduit par conséquent le risque d'avoir ce cancer de la prostate selon l'étude.

Ces données, «qui ne prouvent pas la causalité» selon les chercheurs mais qui la renforce, «suggèrent que la circoncision élimine la possibilité que des germes fleurissent dans le milieu humide sous le prépuce, et réduit les risques d'infection», selon le New York Times.

D'autres études montrent les effets positifs de la circoncision. Le Jerusalem Post relève que l'Organisation mondiale de la santé la recommande parce qu'elle réduit le risque de contracter le VIH, virus responsable du sida, pour un homme hétérosexuel. La circoncision réduit également le taux d'herpès chez les hommes et le taux d'infection par le virus du papillome humain (VPH) pour le partenaire féminin, un des responsables du cancer du col de l'utérus notamment.

Les chercheurs affirment que cette nouvelle étude «est cohérente» avec les conclusions des précédentes selon le site ABC News, mais que les résultats ne suffisent pas à imposer une circoncision automatique dès la naissance.

Considérée comme un «rituel pénible et dangereux», la circoncision est de moins en moins pratiquée aux États-Unis et reste un acte controversé que certains, comme Lloyd Schofield, combattent:

«Le prépuce est là pour une raison. Ce n'est pas un défaut de naissance. Il remplit une fonction importante dans la vie d'un homme, et personne n'a le droit d'effectuer une chirurgie inutile sur un autre être humain.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte