Monde

Des jeunes irakiens tués à cause de leur look «emo»?

Slate.fr, mis à jour le 13.03.2012 à 14 h 04

cute emo boy, alex evans / Paramore_emofanatic by Flickr CC Licence By

cute emo boy, alex evans / Paramore_emofanatic by Flickr CC Licence By

Selon l’ONG Brussels Tribunal, 90 à 100 jeunes irakiens auraient été lapidés ou frappés à mort par des fondamentalistes chiites au cours du mois dernier, relate le Daily Mail.

Ces jeunes auraient été ciblés en raison de leur look emo –de l’anglais «emotional»–, caractérisé par le port de piercings, de bagues, une coupe de cheveux particulière, des vêtements noirs et une culture musicale alternative. Assimilés par les religieux extrémistes à des homosexuels, les emos ont été qualifiés par le ministère de l’Intérieur irakien d’«adorateurs du diable». «Le phénomène Emo ou culte du diable est suivi par la police, qui a la permission d’éliminer le phénomène aussi vite que possible», selon un communiqué du ministère de l'Intérieur.

Cette information, relayée par de terribles photos de ces massacres, est-elle crédible? C’est la question que pose The Atlantic Wire, pour qui il semble en effet que «des douzaines d’adolescents irakiens perçus comme à la fois emo et gay sont ciblés et tués dans le cadre d’une nouvelle vague de violence anti occidentale».

Le site de la RTBF, citant l’AFP, indique que «quatorze adolescents ont été tués en un mois, dont 7 avec des pierres et 5 par balles (…) Un autre corps a été trouvé il y a deux jours à Bayaa, dans l'ouest de Bagdad, selon une autre source médicale».

Des militants de quartiers chiites où ces meurtres ont eu lieu ont fait circulé des noms d’autres jeunes, menacés d’être eux aussi tués s’ils ne changeaient pas leur manière de s’habiller, selon le Daily Mail. La commission internationale des droits des Gays et Lesbiennes rapporte par ailleurs que près de 40 personnes soupçonnées d'être homosexuelles ont été «kidnappées, torturées et tuées» depuis le mois de février 2012.

Le ministère irakien de l'Intérieur assure dans un communiqué «n'avoir enregistré aucun cas de meurtre sur la base du phénomène emo», indique la RTBF. «Tous les cas de meurtres dont il a été question étaient liés à des vengeances ou avaient des motifs sociaux, criminels ou politiques», a-t-il assuré. De nombreuses sources indiquent pourtant une complicité des autorités dans cette traque contre les adolescents à l’allure occidentale, au look alternatif ou soupçonnés d'homosexualité.

Interrogé par Iraqna News, le directeur de la police du ministère de l’Intérieur irakien a indiqué que «la police a eu l’accord officiel d’éliminer les emos à cause de leurs effets tristement célèbres sur la communauté», rapporte The Atlantic Wire.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte