Life

Le LSD efficace contre l'alcoolisme?

Slate.fr, mis à jour le 11.03.2012 à 9 h 10

Des bouteilles de vin cassées par un séisme à Santa Cruz au Chili le 5 mars 2010, REUTERS

Des bouteilles de vin cassées par un séisme à Santa Cruz au Chili le 5 mars 2010, REUTERS

On est loin d’avoir épuisé toutes les pistes conduisant au sevrage alcoolique. Alors que la controverse se poursuit en France sur la place devant être faite au médicament Baclofène, une étude publiée dans le Journal of Psychopharmacology ne manquera pas de surprendre. Elle établit de la manière la plus sérieuse qui soit que le célèbre LSD pourrait aider les personnes devenues dépendantes à la consommation d'alcool.

Ce travail a été mené par deux chercheurs de la Norwegian university of science and technology (NTNU). Ils expliquent, dans leur publication de quelle manière ils ont repris l’analyse de six études menées entre 1966 et 1971 et consacrées au potentiel hallucinogène du LSD (ou acide lysergique diéthylamide). Cette période avait en effet été marquée par la publicité faite à cette drogue illicite qui a étroitement accompagné les communautés hippies et le mouvement psychédélique.

Ce psychotrope a été mis au point en 1938 par les chimistes suisses Arthur Stoll et Albert Hofmann puis commercialisé par Sandoz (aujourd’hui Novartis). Le LSD avait initialement suscité diverses expérimentations et de nombreux espoirs médicaux. Dans les années 1960 il a notamment été utilisé pour traiter certains troubles psychiatriques ainsi que des névroses anxieuses et certaines phobies.

Puis on prit progressivement conscience des effets secondaires graves qu’il pouvait causer. Ce qui n’empêcha pas son usage a des fins récréatives ou d’expression artistique. Aujourd’hui le LSD est une substance illicite.

Le travail de  Teri S Krebset de Pål Ørjan Johansen fournit de nouvelles lumières sur cette molécule. Ces deux chercheurs ont en effet découvert au terme de leur méta-analyse que le traitement des personnes devenues alcooliques avec des doses individuelles de LSD (associées à des interventions psychosociales) pouvaient aider à prendre en charge leur dépendance.

Le LSD permettrait de mieux comprendre leur comportement mais aussi  d’être plus motivés à construire et à maintenir un nouveau mode de vie, sobre. C’est ce qui ressort de l’analyse méthodique de cinq essais menés aux Etats-Unis et d’un au Canada. Soit des travaux portant, au total, sur 536 personnes âgées de 30 à 50 ans. Après tirage au sort, près de deux sur trois recevaient du LSD et les autres un placebo. Tous étaient en demande d’un traitement contre leur alcoolisme.

Ces  essais démontrent à moyen terme une probabilité accrue et pratiquement double, de réduction de l'abus d'alcool avec un traitement par LSD par rapport au placebo.  La question est désormais posée de savoir si (compte tenu du fléau qu’est l’alcoolisme et l’absence de médicaments véritablement efficaces) des essais cliniques vont être bientôt lancés,  ce en dépit des éventuels risques qui pourraient survenir. On ne peut pas exclure non plus que des essais non officiels soient, ici ou là, bientôt tentés.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte