Culture

La playlist des romans de Bret Easton Ellis

Temps de lecture : 2 min

Portrait de Bret Easton Ellis / The Euskadis via Flickr / License by
Portrait de Bret Easton Ellis / The Euskadis via Flickr / License by

Nous avons un jour de retard mais mercerdi 7 mars, c’était l’anniversaire de Bret Easton Ellis. A cette occasion, Flavorwire s’est offert la playlist de l’oeuvre de l’auteur d’American Psycho et de Lunar Park.

«Nous nous sommes aidés de la source officielle, explique le site américain, mais comme nous la trouvions insuffisante, nous avons farfouillés nous-même dans ses romans pour y trouver nos moments musicaux préférés.»

La playlist générale donne quelque chose de très années 1980.

La musique a beaucoup d’importance dans l’oeuvre de Bret Easton Ellis. Moins que Zéro, son tout premier roman publié en 1985, a un titre emprunté à une chanson d’Elvis Costello. Patrick Bateman, le personnage de trader sanguinaire au nez poudré, dans American Psycho, est un dingue de pop et de pop rock, qui assassine en musique. En exergue de son dernier roman, Suites Impériales (le héros de Moins que Zéro, 25 ans après), de nouveau une phrase extraite d’un titre d’Elvis Costello:

«L'histoire répète les vieilles poses, les réponses désinvoltes, les mêmes défaites

A écouter notamment dans la playslit de Flavorwire: The Eagles; Joan Jett & The Blackhearts, Blondie, Bruce Springsteen, INXS ou Whitney Houston...

Slate.fr

Newsletters

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

Amos Gitaï assemble des situations à bord du transport en commun pour composer avec humour et émotion l'esquisse d'une appartenance collective à un monde que tout divise.

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Pourquoi vouloir tout comparer et classer, comme si les critères de jugement étaient systématiquement identiques d'une œuvre à l'autre?

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

Grâce aux ressources de la fiction, le nouveau film d'André Téchiné fait du combat d'une femme pour empêcher son petit-fils de partir en Syrie une vertigineuse aventure intérieure.

Newsletters