Partager cet article

Harvey Weinstein, celui qui dit oui à Dujardin, mais non à Obama

Photo: Barack Obama à Chicago, le 3 août 2011. REUTERS/Jim Young

Photo: Barack Obama à Chicago, le 3 août 2011. REUTERS/Jim Young

Harvey Weinstein, le producteur américain qui a permis à The Artist de se faire connaître aux Etats-Unis et de triompher aux Oscars au terme d’une intense campagne de lobbying, vient de dire non à une idée de film de… Barack Obama.

Comme le révèle le site américain The Wrap, le président des Etats-Unis a suggéré à Harvey Weinstein d’adapter un livre d’espionnage par le biais de cette question: «Pourquoi n’en faites-vous pas un film?»

Avec le sourire, le producteur, qui a distribué The Artist aux Etats-Unis, a ainsi indiqué au Times de Londres qu’il s’agissait de «la critique de livre la plus surqualifiée qu’il avait jamais reçue». Mais Weinstein, qui est un supporter assidu de Barack Obama –il contribue financièrement à sa campagne– ne donnera visiblement pas suite à cette proposition.

Non content de recevoir une offre aussi prestigieuse, Harvey Weinstein traverse une période faste puisque après la consécration de The Artist, il est vient d’être fait chevalier de la Légion d’honneur. Comme le rapporte Le Parisien, Weinstein s’est vu remettre sa décoration dans le bureau de Nicolas Sakozy à l’Elysée. Le président de la République avait prévu d’honorer le producteur américain avant même l’avalanche de récompenses tombées sur la tête de l’équipe du film.

Toute l’équipe de The Artist doit être d’ailleurs prochainement reçue à l’Elysée. Sur BFMTV, Michel Hazanavicius, le réalisateur de The Artist, a d'ailleurs fait état de son embarras à ce sujet:

«Etant républicain, je ne voudrais pas dire non au président, mais étant républicain, ça m'embêterait de dire oui au candidat. Il est un peu des deux. On a trouvé une bonne solution. On va manger avec le président, mais après, on va voir l'autre candidat François Hollande

Bien malgré lui, voilà quelques semaines, Harvey Weinstein s’était retrouvé plongé, lui aussi, dans une petite polémique de la campagne électorale française en raison de son statut de distributeur aux Etats-Unis du film à succès Intouchables. Alors invité de France 3, Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du FN, avait fait cette déclaration à propos du film.

«La France, c’est l’infirme qui se trouve dans le fauteuil et donc il va falloir tabler sur l’aide que vont nous apporter les jeunes des banlieues et l’immigration en général. Je ne souscris pas du tout à cette manière de voir. Je crois que c’est un film, c’est un roman, il faut le prendre comme tel et pas du tout comme un exemple futur. Ce serait dramatique si la France était dans l’état de ce malheureux handicapé.»

Harvey Weinstein avait répondu:

«Ces déclarations sont effrayantes et il est important de dénoncer les idées de Jean-Marie Le Pen et je suis fier de faire découvrir au public américain Intouchables.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte