Monde

Le «déclin moral» des États-Unis est relatif

Temps de lecture : 2 min

Drapeau des États-Unis /Tuchodi via Flickr CC License by
Drapeau des États-Unis /Tuchodi via Flickr CC License by

Rick Santorum, candidat républicain à la présidentielle américaine de 2012, a déclaré que «Satan avait des vues sur les États-Unis», autrement dit, que le pays était voué au «déclin moral», selon The Economist. Mais quels sont ces problèmes?

La criminalité? Non, elle a diminué dans le pays:

«Le taux d'homicides a été réduit de moitié depuis 1991, la criminalité violente et les crimes contre les biens sont également en baisse.»

L'avortement? Non, son taux a baissé entre 2000 et 2008. Le taux des divorces? Il est au plus bas depuis les années 1970, de même que le taux de grossesse chez les adolescentes.

Selon The Economist, ce qui pose problème au conservateur Santorum, c'est le déclin du nombre d'Américains s'intéressant aux religions et la hausse des grossesses hors mariage.

Cela n'est pas un réel problème pour les États-Unis, juste pour les républicains:

«Si "immoral" signifie "causer un préjudice évitable à d'autres personnes", alors le mariage gay, la pornographie, le sexe, la télé-réalité, l'usage de drogues douces et l'euthanasie ne sont guère immoraux, même s'ils sont de mauvais goût pour certains.»

Newsletters

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Dernière ligne droite avant l'investiture de Joe Biden, ce 20 janvier, à Washington. Une investiture à laquelle Donald Trump, en bon perdant, ne se rendra pas. Le 45e président des États-Unis a enfin admis sa défaite, dans les mots et dans les...

À Bali, les singes voleurs savent reconnaître les objets de valeur

À Bali, les singes voleurs savent reconnaître les objets de valeur

Au temple d'Uluwatu, les macaques ont mis au point un système de troc pour que les touristes leur donnent à manger.

Les chiottes les plus chères du mandat Trump

Les chiottes les plus chères du mandat Trump

Parce que le service de sécurité chargé d'assurer la protection d'Ivanka Trump n'avait pas accès à ses toilettes, les contribuables américains ont déboursé 3.000 dollars par mois pour que les agents puissent se soulager.

Newsletters