Monde

Un Etat d'Australie vote une loi contre la burqa

Slate.fr, mis à jour le 06.03.2012 à 13 h 10

The eyes can see / tinou bao via Flickr CC Licence By

The eyes can see / tinou bao via Flickr CC Licence By

Dans l’Etat australien de la Nouvelle-Galles du Sud (New South Wales), les femmes musulmanes voilées devront montrer leur visage lors de la demande de documents officiels ou de déclarations sous serment, écrit The Australian.

La loi, qui entre en vigueur le 30 avril, a été votée après qu’une femme portant une burqa a vu sa condamnation à six mois de prison pour faux témoignage annulée en appel l’année dernière, à cause de doutes sur son identité.

Le ministre de la Justice de l’Etat, Greg Smith, a estimé que ce cas avait mis en lumière le besoin d’une règle claire, relate The Guardian:

«Si une personne refuse de montrer son visage, un agent assermenté peut refuser de lui signer un document, sauf si la personne a une raison médicale légitime de garder son visage couvert (...) Dans certaines situations, cela signifie que des individus dont le visage est entièrement ou partiellement masqué par un vêtement, devront montrer leur visage pour être identifiés.»

Dorénavant, l’agent qui recueille un témoignage devra certifier qu’il a vu le visage de la personne, sous peine de payer une amende de 220 dollars australiens (177 euros) pour mensonge.

L'Etat de la Nouvelle-Galles du Sud avait déjà introduit une loi obligeant les conducteurs à montrer leur visage lors d'un contrôle, sous peine d'un an de prison ou d'une amende de 5.500 dollars australiens (4.458 euros).

Par ailleurs, The Times of India relate que le président d’une haute juridiction australienne, le Law Institute de l’Etat de Victoria, a demandé à ce que de nouvelles lois soient votées pour obliger les femmes portant la burqa à se dévoiler lors de la signature d’une déclaration à un agent de police ou de justice.

L'Australie a-t-elle besoin de lois sur la burqa?

Or, suggérer qu’une législation devrait concerner spécifiquement les femmes portant une burqa implique qu’il existe une réticence de la part des femmes musulmanes vis-à-vis des lois australiennes, analyse Tasneem Chopra, du Centre australien des femmes musulmanes pour les droits humains.

Dans une tribune du Herald Sun intitulée «Pourquoi nous n’avons pas besoin de lois sur l’identité et la burqa», elle affirme que les discussions qu’elle a eues avec des femmes voilées montrent «qu’il n’y a aucun problème à se conformer aux demandes faites par les autorités de vérifier leur identité».

De tels débats auraient, analyse-t-elle, une tendance à pointer un «facteur musulman, qui par la spécificité de son origine, serait perpétuellement incompatible avec l’Australie».

Le porte-parole du Conseil islamique de Victoria a lui aussi estimé que les lois existantes étaient suffisantes, rapporte The Times of India. «Ce qui est clair, c’est que les musulmans en Australie n’ont pas de problème avec le principe de l’identification à des fins de sécurité publique ou de respect de la loi», a-t-il déclaré.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte