Monde

Un entrepôt pour archiver tous les livres en «papier»

Slate.fr, mis à jour le 05.03.2012 à 20 h 36

Bibliothèquede l'espace Nouvel (Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, Madrid) /dalbera via Flickr CC Licence By

Bibliothèquede l'espace Nouvel (Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, Madrid) /dalbera via Flickr CC Licence By

Dans un entrepôt d’une zone industrielle de la banlieue californienne, les archives du XXème siècle sont en train d’être stockées en cas de désastre numérique… Les œuvres majeures comme les livres les plus dispensables trouvent place dans le dépôt de l’Internet Archive, un projet fou que relate le New York Times.

Chaque semaine arrivent 20.000 nouveaux volumes, pour la plupart des dons de bibliothèques ou d’universités pressées de se décharger de ces objets qui n’ont plus leur place à l’ère d’Internet.

«Nous voulons avoir une copie de chaque livre», explique tout simplement Brewster Kahle, qui a dépensé 3 millions de dollars pour acheter et utiliser ce dépôt situé au nord de San Francisco. Kahle est un entrepreneur de la Silicon Valley qui a fait fortune en vendant une société de traitement de données  à Amazon en 1999. Son projet de stockage, l’Internet Archive, est une organisation non commerciale dévouée à la préservation des pages Web et, à présent, des livres.

Kahle, qui rappelle que parmi les utopies des débuts d’Internet figurait celle de disposer d’une bibliothèque universelle qui donnerait accès à l’intégralité du savoir existant, explique sa vision du projet:

«Nous devons conserver le passé à mesure que nous inventons le futur. Si la bibliothèque d’Alexandrie avait fait une copie de chaque livre et l’avait envoyée en Inde ou en Chine, nous aurions conservé le travail d’Aristote, les œuvres d’Euripide. Une seule copie à un seul endroit ne suffit pas.»

Après tout, «un livre est un livre, sans complication liée aux DRM ni à l'obsolescence informatique», rappelle le site technophile The Verge. Et que se passera-t-il si, par exemple, le procédé de numérisation s’améliore et qu’il faut à nouveau numériser les livres? «La probabilité d’une perte massive de données numériques, et donc de besoin de numériser à nouveau les œuvres, est plus faible que ne le pense Brewster», estime dans le New York Times un spécialiste. Après avoir déjà stocké 500.000 livres – l’objectif est de 10 millions – Khale a commencé a stocker aussi les films.

Récemment, une Californienne a fait don des 1.200 livres de son père défunt à l’Internet Archive. «Il serait heureux de penser que ses livres ont été archivés, et que peut-être quelqu’un pourra les consulter dans une centaine d’années. Les livres survivront.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte