Monde

Les alcooliques russes vont devoir être secourus par la police

Slate.fr, mis à jour le 01.03.2012 à 11 h 23

Bouteilles de vin rouge, février 2011. krossbow via Flickr CC License by

Bouteilles de vin rouge, février 2011. krossbow via Flickr CC License by

A quelques jours de l'élection présidentielle russe, les alcooliques du pays ont des raisons de se sentir plus en sécurité. Comme le rapporte The Moscow Times, quotidien russe de langue anglaise, la police a désormais l'obligation de s’occuper d’eux lorsqu’ils déambulent ivres sur la voie publique ou lorsqu’ils sont plongés dans un coma éthylique dans des conditions météorologiques parfois épouvantables en raison du froid extrême.

En effet, jusque-là, la police n’avait aucun devoir de porter secours aux alcooliques en perdition y compris lorsque leur état de santé pouvait se trouver menacé. Officialisée le 29 février, la nouvelle règlementation intime l’ordre aux officiers de police de devoir leur porter assistance, de les emmener vers le premier hôpital si nécessaire ou d’appeler au moins une ambulance.

Dans un jugement sévère, un alcoologue de Saint-Pétersbourg indique même que jusque-là la police avait plutôt tendance à faire les poches des alcooliques en détresse plutôt que de se soucier de leur état de santé. Le même spécialiste indique que 30.000 à 40.000 Russes meurent chaque année directement d’une intoxication sévère due à l’alcool. Il est admis aussi que 500.000 personnes décèdent annuellement de conséquences plus ou moins directes d’une consommation abusive d’alcool.

Depuis quelques années, et avant de leur porter assistance sur la voie publique, le gouvernement russe tente d’endiguer le fléau de l'alcoolisme qui ravage surtout la gente maculine. Par exemple, il est désormais interdit de consommer de la vodka dans les lieux publics en dehors des établissements spécialisés. Depuis le mois d'août 2010, comme l’indiquait Arte à l’époque, il faut avoir une alcoolémie à zéro pour pouvoir conduire. Une nouvelle loi venait alors de sanctionner la vente nocturne de spiritueux. Entre 22h et 10h du matin, il devenait interdit de vendre des boissons contenant plus de 15% d'alcool.

En juillet 2011, Dmitri Medvedev, le président russe, avait été encore plus loin en promulguant une loi classant officiellement la bière dans la catégorie des boissons alcoolisées. Jusqu’à cette date, la bière était considérée comme une denrée alimentaire classique, ce qui avait permis aux brasseurs d’échapper aux nombreuses mesures du gouvernement destinées à combattre les excès des Russes. Des lois qui n’ont toutefois pas réussi à étancher la soif apparemment pas si légendaire des Russes (ils consomment en moyenne chaque année 15,7 litres d’alcool pur, soit deux fois plus que la quantité maximum recommandée par l’Organisation mondiale de la santé).

En 2010, Libération avait rappelé cette blague qui circulait à l’époque dans le pays au sujet de ces nouvelles mesures de prohibition:

«En 1914, Nicolas II déclare la guerre et la prohibition: en 1917, des types sobres et énervés détruisent l’empire de Russie. En 1985, Gorbatchev déclare la perestroïka et une campagne anti-alcool: en 1991, des types sobres et énervés détruisent l’URSS. En 2009, Medvedev déclare la modernisation et la lutte contre l’alcoolisme: en 2012, des types sobres et énervés…»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte