Monde

L'Argentine ment au monde entier

Slate.fr, mis à jour le 29.02.2012 à 12 h 33

 Billets de banque argentins, le 9 septembre 2010. Alex E.Proimos via Flickr CC License by

Billets de banque argentins, le 9 septembre 2010. Alex E.Proimos via Flickr CC License by

L’Argentine ment-elle sur le niveau de son inflation? The Economist en est persuadé et le fait savoir dans un article titré «Don’t lie to me, Argentina». L’hebdomadaire britannique est catégorique:

«Depuis 2007, l’Argentine publie des chiffres que presque personne ne croit

Lors de cette période, si l’on en croit les autorités argentines, l’inflation se serait située entre 5% et 11% alors que des économistes indépendants, des bureaux de statistiques situés dans les provinces argentines estiment que ces chiffres devraient être doublés. En fait, certains l’évaluent à 25-30% et indiquent que l’inflation cumulée serait de 137% depuis 2007. Pour contrer ces arguments, le pouvoir argentin, par le biais de sa présidente Cristina Kirchner, n’hésite pas à procéder à des tentatives d’intimidation par le biais notamment d’actions en justice contre ces porteurs de mauvaises nouvelles.

La tradition argentine au niveau de l’hyperinflation est, hélas, bien connue et les autorités politiques font tout pour ne plus entendre parler de cette désastreuse réputation. Pour ce faire, l’INDEC (Instituto Nacional de Estadística y Censos), un organisme de statistiques économiques en Amérique du Sud, qui envoyait ses signaux inquiétants sur l’inflation argentine, a été complètement réorganisé sous l’autorité de Buenos Aires qui a placé en son sein des hommes et des femmes proches du pouvoir, des «Cristinas » comme on dit en Argentine. Dans un mouvement clairement antidémocratique, des statisticiens indépendants n’ont plus le droit de diffuser leurs propres données et risquent donc des procédures judiciaires s’ils prennent ce risque. La presse est également dans le collimateur.

Le Fonds monétaire international a réagi face à ces méthodes et a remarqué que l’Argentine manquait à son devoir de fournir des statistiques fiables et a demandé que des progrès soient faire dans ce domaine à brève échéance.

The Economist, qui alerte l’opinion internationale sur ce sujet depuis au moins 2010, a décidé de ne plus accorder le moindre intérêt aux chiffres fournis par l’INDEC et se tourne désormais vers un autre institut, basé aux Etats-Unis, appelé PriceStats, et qui tentera d’évaluer le taux d’inflation argentin loin des pressions locales.

Cette dérive inquiète forcément quand on se souvient des ravages de l’hyperinflation dans un pays qui avait littéralement sombré il y a dix ans dans une crise sans précédent. Mais Cristina Kirchner, confortablement réélue à la tête de l’Etat argentin dès le premier tour en octobre dernier, jouit d’un énorme capital de confiance dans ses frontières.

Les couches populaires, terreau traditionnel du péronisme, lui étaient acquises, sans compter une bonne partie des classes moyennes, voire des cadres supérieurs soucieux de la stabilité économique. Pour sa réélection, elle avait bénéficié des fruits de sa politique qui l’avait rendue électoralement intouchable grâce à la renationalisation des retraites, à une loi contre la concentration dans les médias et à une série de programmes d’aides sociales. Mais comme le soulignait Le Monde Diplomatique à l’automne dernier, la présidente devait composer avec une vague de mécontentement ainsi décrite.

«De fortes inégalités perdurent, les prix sont en hausse —dopés par l’inflation, que les estimations non officielles placent à 25 %—, et les richesses du pays restent accaparées par une poignée de multinationales, dont le pouvoir est accusé de servir les intérêts.»   

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte