Culture

P183, le Banksy russe

Temps de lecture : 2 min

Une oeuvre de P183 /Gwydion M. Williams via Flickr CC License by
Une oeuvre de P183 /Gwydion M. Williams via Flickr CC License by

Un manifestant masqué portant une torche, une caméra de surveillance avec des mitraillettes, une jeune fille accrochant des boules de Noël sur des fils barbelés, les photographies de ses oeuvres ont fait le tour du monde.

L'artiste russe P183 couvre les murs de Moscou de son art politiquement engagé pour une «patrie forte, éduquée et cultivée» selon le Guardian.

On sait peu de chose de lui, mis à part qu'il s'appelle Pavel, qu'il a 28 ans et qu'il a étudié le «design communicationnel», précise le Guardian, avant de présenter plusieurs oeuvres du graffeur.

Le Telegraph, et d'autres, le surnomme le «Banksy russe» en référence au célèbre artiste urbain britannique. Une comparaison que P183 tempère:

«Je comprends parfaitement que nous avons des choses en commun, mais jamais je n'ai essayé de l'imiter, lui ou quelqu'un d'autre.»

Dans un contexte de révolte populaire à une semaine de l'élection présidentielle russe, les oeuvres de P183, anti-Poutine déclaré, ne plaisent pas au gouvernement et sont rapidement recouvertes.

Newsletters

Vingt nouvelles séries qu'on a hâte de découvrir en 2021

Vingt nouvelles séries qu'on a hâte de découvrir en 2021

Cette année, le binge-watching sera notre seul salut.

Celui où Anaïs doit répondre à la question jamais tranchée: Ross et Rachel étaient-ils «on a break»?

Celui où Anaïs doit répondre à la question jamais tranchée: Ross et Rachel étaient-ils «on a break»?

Dans ce septième épisode d'AMIES, Anaïs regarde la deuxième moitié de la saison 3 de Friends. Celle qui a lancé des milliards de débats pour savoir si, oui ou non, Ross et Rachel étaient «on a break». Anaïs et Marie reviennent aussi sur les...

«My Americans», un regard sur la communauté chinoise américaine

«My Americans», un regard sur la communauté chinoise américaine

Depuis 2012, An Rong Xu documente la vie des communautés chinoises aux États-Unis. «J'avais besoin de remettre en question ma place et mon identité dans le paysage ethnique américain, raconte le photographe. J'ai commencé à travailler sur “My...

Newsletters