Culture

P183, le Banksy russe

Temps de lecture : 2 min

Une oeuvre de P183 /Gwydion M. Williams via Flickr CC License by
Une oeuvre de P183 /Gwydion M. Williams via Flickr CC License by

Un manifestant masqué portant une torche, une caméra de surveillance avec des mitraillettes, une jeune fille accrochant des boules de Noël sur des fils barbelés, les photographies de ses oeuvres ont fait le tour du monde.

L'artiste russe P183 couvre les murs de Moscou de son art politiquement engagé pour une «patrie forte, éduquée et cultivée» selon le Guardian.

On sait peu de chose de lui, mis à part qu'il s'appelle Pavel, qu'il a 28 ans et qu'il a étudié le «design communicationnel», précise le Guardian, avant de présenter plusieurs oeuvres du graffeur.

Le Telegraph, et d'autres, le surnomme le «Banksy russe» en référence au célèbre artiste urbain britannique. Une comparaison que P183 tempère:

«Je comprends parfaitement que nous avons des choses en commun, mais jamais je n'ai essayé de l'imiter, lui ou quelqu'un d'autre.»

Dans un contexte de révolte populaire à une semaine de l'élection présidentielle russe, les oeuvres de P183, anti-Poutine déclaré, ne plaisent pas au gouvernement et sont rapidement recouvertes.

Newsletters

Laissez les femmes se réunir en non-mixité, elles en ont besoin

Laissez les femmes se réunir en non-mixité, elles en ont besoin

Quel est le point commun entre une carte de membre dessinée au feutre, des étudiants américains amateurs de lettres grecques et deux amis qui s'écharpent autour d'une cravate? La notion de club, de non-mixité, d'entre-soi. Le genre de système qui...

Quand «L'Ordre moral» s'enflamme

Quand «L'Ordre moral» s'enflamme

Véridique et romanesque, le récit du film de Mário Barroso est porté à incandescence par la fusion de la mise en scène et du jeu de son actrice principale.

Lucrative mais contraignante, la rentrée littéraire vue par les libraires

Lucrative mais contraignante, la rentrée littéraire vue par les libraires

Avec près de 500 titres publiés à ce moment de l'année, la clientèle revient en magasin. Mais pour acheter quoi?

Newsletters