Économie

Les 10 métiers qui rendent le monde pire

Temps de lecture : 2 min

Burger King Counter / The Consumerist via Flickr CC Licence by
Burger King Counter / The Consumerist via Flickr CC Licence by

Dans une étude de la société PayScale, détaillée sur le blog Economix du New York Times, 30.000 salariés ont été interrogés sur ce qu’ils pensaient de l’utilité de leur job.

A la question «Est-ce que votre métier rend le monde meilleur?», la majorité des réponses oscille entre «beaucoup», «oui», «un petit peu», et un peu moins de 15% des sondés répond «Non»

Mais 1% des répondants ont aussi estimé que leur métier contribuait carrément à faire du monde un endroit pire à vivre! Quels sont ces métiers dont ceux qui les exercent estiment qu’ils nuisent à l’humanité?

Premiers de ce palmarès: les employés de fast-food. Ils sont plus de 42% à considérer que leur job rend le monde pire qu'il ne l'est. Viennent ensuite les serveurs de bar.

«Les manifestants de Occupy Wall Street seront heureux d’apprendre que deux catégories de banquiers font partie de la liste –les banquiers d’investissement et les banquiers privés– bien qu’ils ne soient qu’une minorité dans chacune de ces professions à croire que leur emploi pourrait être néfaste pour le reste du monde», s’amuse la journaliste Catherine Rampell.

Autre découverte surprenante de cette étude, la présence des créateurs de mode dans le top 10. Peut-être que ces designers ont des scrupules quant aux conditions de travail dans les ateliers de fabrication de vêtements à l'étranger, ou se sentent concernés par la problématique de l’image du corps renvoyée par l’industrie de la mode, suggère la journaliste.

PayScale a ensuite trié les réponses par secteur d’activité: car on peut avoir un intitulé de job inoffensif tout en travaillant pour une branche de l'économie dont l'impact est néfaste. A près de 16%, les travailleurs de l’industrie du tabac estiment que leur job rend le monde encore pire, une proportion qui leur vaut la première place du tableau. Viennent plus bas le secteur des jeux d’argent et de hasard, les stations service et… le secteur des fast-food.

Sur le site de la chaîne américaine CNBC, un diaporama présentait en 2009 les «dix pires jobs» américains. Ouvrier dans l'acier suppose ainsi de travailler à de grandes hauteurs, avec un taux de mortalité dans la profession très élevé. Eboueur expose également à de nombreux accidents de travail. Le job de couvreur arrive aussi en bonne position: «La plupart des offres dans le secteur viennent du besoin de remplacer ceux qui l'ont quitté parce que le travail est difficile, fatiguant et sale...», explique CNBC.

Le Huffington Post relayait récemment une étude sur les risques professionnels et les problèmes de santé des banquiers d'investissement: addiction à l'alcool, allergies, maladie de Crohn, arthrite ou psoriasis. On est très loin de l'image glamour du trader de Wall Street.

Newsletters

L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures

L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures

Pour l'éditorialiste de TF1 François Lenglet, la bicyclette est coupable de tous les maux. Pourtant, selon différentes études, la progression de son usage soutiendrait l'emploi et la croissance.

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

La capitale Buenos Aires serait la deuxième ville la plus crypto-friendly au monde.

Newsletters