Culture

Germania, la capitale rêvée par Hitler à la place de Berlin

Temps de lecture : 2 min

Hitler à Paris /Recuerdos de Pandora via Flickr CC License by
Hitler à Paris /Recuerdos de Pandora via Flickr CC License by

Germania est le nom du projet qu'Hitler avait prévu pour modifier l'urbanisme et l'architecture de Berlin afin d'en faire la capitale du monde réunissant les peuples germaniques, raconte le site History Today.

Le New York Times le qualifiait à l'époque comme «peut-être le schéma d'aménagement le plus ambitieux» de l'ère moderne à la suite de la présentation des plans d'Albert Speer le 28 janvier 1938.

Les architectes avaient eu «carte blanche» pour penser ce projet et ne s'étaient donc fixé aucune limite. Ils avaient imaginé un Grand Hall près du Reichstag, pouvant accueillir 180.000 personnes. Il aurait été le plus grand espace clos dans le monde avec un dôme 16 fois plus haut à celui de la basilique Saint-Pierre de Rome.

Hitler avait également commandé un Arc de Triomphe capable d'accueillir les noms des 1,8 million d'Allemands morts pendant la Première Guerre mondiale. Haut de 117 mètres, il aurait été deux fois plus imposant que l'Arc de Triomphe parisien.

Pour cause de Seconde Guerre mondiale, seuls quelques éléments comme le stade olympique, inauguré en 1936, seront finalement réalisés.

Voici une vidéo reconstituant en 3D la ville de Germania, selon les plans d'Albert Speer:

Slate.fr

Newsletters

Bâillonner Nick Conrad, un symptôme du conservatisme de la «Douce France»

Bâillonner Nick Conrad, un symptôme du conservatisme de la «Douce France»

De quoi faut-il le plus s'inquiéter: que le rappeur clame avoir «baisé et brûlé la France» ou que le ministre de l'Intérieur veuille saisir le procureur de la République pour censurer une œuvre?

J'ai réussi à ne pas me faire spoiler «Game of Thrones»

J'ai réussi à ne pas me faire spoiler «Game of Thrones»

Le règne despotique du spoiler est terminé, j'en suis la preuve vivante.

Les désarrois du «jeune Ahmed», contre les regrettables bonnes places de caméra

Les désarrois du «jeune Ahmed», contre les regrettables bonnes places de caméra

Le film de Jean-Pierre et Luc Dardenne affronte sans complaisance ni préjugé l'abîme de la radicalisation violente. Exemplaire d'une résistance au conformisme de la mise en scène.

Newsletters