Culture

Oscars 2012: un jury d'hommes vieux et blancs

Temps de lecture : 2 min

Oscar /Reuters
Oscar /Reuters

Selon une étude menée par le L.A. Times, les membres de l'Académie des Arts et des sciences cinématographiques décernant les Oscars, sont très majoritairement des hommes blancs et âgés. Malgré la grande influence qu'ils ont de par leur vote sur le box-office, la carrière d'un acteur ou la réputation d'un studio, la liste des 5.765 membres est tenue secrète et se révèle bien moins diversifiée qu'elle ne le devrait: 77% d'hommes, 94% de blancs, 54% de ces électeurs ont plus de 60 ans et les moins de 50 ans ne constituent que 14% des effectifs.

L'étude a permis de connaître l'identité de 5.100 membres soit 89% de la liste. Le Telegraph relève que 50% d'entre aux sont apparus à l'écran ces deux dernières années mais que beaucoup ne font plus partie de l'industrie du cinéma depuis longtemps, citant le cas d'une religieuse ou d'une libraire dont le vote a le même poids que celui de Julia Roberts ou George Clooney.

L'explication réside dans le système d'adhésion à l'Académie explique un des membres. On peut y aspirer à condition d'avoir été nominé pour un Oscar, d'être parrainé par au moins deux membres ou d'obtenir la moitié des votes du comité d'adhésion formé par des membres de l'Académie:

«L'académie sera toujours légèrement plus âgée parce que vous devez avoir environ cinq ans de crédits avant que vous ne soyez même considéré.»

La volonté de changement est là et certains membres demandent déjà à ce que l'Académie, qui orchestre une cérémonie regardée l'an dernier par 37 millions de personnes, soit plus représentative de la population. L'acteur afro-américain Denzel Washington a notamment dit au Los Angeles Times:

«Si le pays a 12% de noirs, l'académie doit avoir 12% de noirs. Si la nation est à 15% d'origine hispanique, l'académie doit avoir 15% de membres d'origine hispanique.»

Moins de 4% des prix d'interprétations ont été décernés à des afro-américains depuis la première cérémonie il y a 84 ans. Bernie Casey, un ancien acteur issu de cette minorité, a d'ailleurs quitté l'Académie dans laquelle on est nommé à vie, à cause de ces inégalités:

«Les gens de couleur sont toujours périphériques. Les Asiatiques, les Latinos, les Noirs, vous ne les voyez jamais. Nous sommes 320 millions de personnes en Amérique et environ 48 millions de personnes noires et autant de latinos, mais vous ne croiriez pas que c'est basé sur ce que vous voyez dans les films et les émissions de télévision.»

Le site The Wrap relève tout de même que ce constat n'est pas une surprise, et estime que la très faible représentation des femmes n'est pas si étonnante puisqu'elle reflète les carences du métier lui-même:

«L'Académie, qui est censée représenter le meilleur de l'industrie du cinéma, est un reflet fidèle de cette industrie à bien des égards. (…) Vous vous plaignez du manque de diversité dans l'organisation représentant l'élite d'Hollywood mais pas du manque de diversité dans l'élite d'Hollywood elle-même?»

Newsletters

Le monde poétique et spectaculaire des vrais défilés de mode

Le monde poétique et spectaculaire des vrais défilés de mode

Des premiers défilés de la couture à ceux d'aujourd'hui, beaucoup de choses ont changé.

Pourquoi le premier épisode de Buffy est toujours parfait (ou presque)

Pourquoi le premier épisode de Buffy est toujours parfait (ou presque)

Ça fait 23 ans que le pilote de Buffy contre les vampires a été diffusé à la télévision américaine. En France, on l'a découvert en 1998 sur M6 pendant la «Trilogie du samedi». Pour ce hors-série de Peak TV, retour sur un premier épisode...

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

La comédie de Jean-Pascal Zadi et John Wax convie un grand nombre de têtes d'affiche issues des dites «minorités visibles» pour interroger les impasses du communautarisme.

Newsletters